Lorsque le taxi me dépose devant la villa de Bren, ma colère est à son maximum.

Moi, d’habitude si prompte à discuter avec les chauffeurs de taxi, je n’ai pas prononcé un seul mot durant tout le trajet. J’étais trop occupée à tourner et retourner dans ma tête tous les scénarios possibles de ma confrontation avec Bren.

 

1

 

Le premier qui me vient à l’esprit est de simplement lui envoyer mon poing dans la figure ! Je ne règlerai pas le problème mais au moins je serai soulagée !

J’expire un bon coup avant de m’avancer d’un pas décidé.

 

Lorsque je traverse l’allée qui mène sur sa terrasse je hurle son nom, histoire de bien lui faire comprendre que ma présence est loin d’être amicale.

-Ivy << BREN, JE SUIS LA !! >>

J’entends un gémissement plaintif un peu plus loin, à l’angle de la piscine, et je vois un corps, à moitié dévêtu, étendu sur le sol.

 

2

 

Ma colère laisse place à l’inquiétude en réalisant que c’est probablement le corps de Bren qui est étendu là.

Je me précipite vers lui.

-Ivy << Bren !! >>

Je me mets à genoux et je me penche vers lui. Je tire doucement sur ses épaules pour poser sa tête sur mes genoux.

-Ivy << Bren… Qu’est-ce que… >>

-Brenan << Ivy… >>

Sa voix a perdu de sa superbe… Et dans son regard, je lis le soulagement de me voir.

-Ivy << Ca va aller…? >>

 

3

 

-Brenan << C’est rien… C’est juste quelques coups… >>

Il prend appui sur moi en passant son bras libre sur mes épaules. Je me retrouve nez à nez avec ses pectoraux et un imposant tatouage…

-Brenan << Argh ! >>

Il gémit de douleur en essayant de se lever. Puis il retombe lourdement sur le sol.

J’ai envie de le pourrir, de lui dire que c’est un imbécile de se mettre toujours dans des situations dangereuses !

Au lieu de ça, je le regarde de travers en soupirant bruyamment. Il doit se rendre à l’évidence, il n’est pas en état de marcher !

-Ivy << Bren, t’es pas en état, reste là ! Je vais appeler les secours ! >>

 

4

 

-Brenan << Non !! >>

Je le regarde fixement. Ses yeux, d’habitude si fiers, sont devenus suppliants. Il n’a plus rien du Bren dangereux et impétueux… On dirait plutôt un animal apeuré…

-Brenan << Je peux marcher… ça va aller ! >>

-Ivy << Ok, comme tu veux… C’est toi qui souffre après tout ! Mais tu vas devoir m’expliquer ce qu’il s’est passé… >>

-Brenan << J’ai glissé au bord de la piscine… >>

Il me lance un petit sourire en coin mais je le fusille du regard. Comment est-ce qu’il peut continuer de tout prendre à la légère comme ça !

 

5

 

-Brenan << Ok… Je t’expliquerai mais… S’il te plaît, aide-moi à me relever et à aller jusqu’à ma chambre… >>

Il prend à nouveau appui sur moi et parvient à se lever, non sans esquisser une grimace. Je dois bien avouer qu’il ne manque pas de volonté…

 


  

Un pas après l’autre, nous avons péniblement atteint la chambre de Bren.

A l’image de tout ce qui lui appartient, la pièce respire le luxe, on dirait une suite… Une grande baie vitrée donne sur une terrasse qui surplombe la piscine en contre-bas.

Il me fait signe de l’emmener sur le lit. Je suis bien contente d’arriver au bout, je n’en peux plus…

Il doit bien faire une tête de plus que moi et deux fois ma largeur d’épaules. Je suis entraînée à la boxe pas à l’haltérophilie…

 

6

 

Lorsque nous arrivons au bord du lit, je l’aide à s’asseoir mais je perds un peu l’équilibre, ce qui le fait chuter plus vite que prévu.

-Brenan << Argh ! Putain… Ivy ! >>

-Ivy << Je te préviens, tu me parles encore comme ça et je te laisse planté là ! Compris ? >>

-Brenan << Désolé, désolé… C’est pas après toi… Ils m’ont pas raté ces bâtards…! >>

-Ivy << Oh ? Tu veux parler des types qui se sont arrêtés devant nous un peu plus tôt dans la soirée…? >>

J’arque un sourcil, genre « T’es dans la merde, mon pote ».

J’essuie la sueur sur mon front et je me pose sur le lit, je suis à bout de souffle.

-Brenan << Ouais… >>

 

7

 

Il baisse les yeux. Il émane de lui quelque chose d’étrange en ce moment même… une sorte de triste solitude, une fragilité.

-Ivy << Qu’est-ce qu’ils te voulaient ces types ? Pourquoi ils t’ont tabassé ? Qu’est-ce que tu as fait ? >>

Je laisse toutes mes questions s’abattre sur lui. Je n’ai pas l’intention de le laisser s’en sortir facilement cette fois…

Il fixe un instant les lumières de la ville, puis son regard s’assombrit et se pose à nouveau sur moi.

-Brenan << Tu ne dois pas savoir ! >>

-Ivy << Tu sais quoi ? Je m’en fous de tes histoires ! Je m’en fous qu’ils t’aient tabassé ! Mais je veux savoir, pour pouvoir protéger Jay de tes conneries ! >>

Il semble accuser le coup. Toute trace de sarcasme ou de fierté a déserté son visage.

-Brenan << Ils appartiennent à un gang. Ils sont plutôt du genre rancuniers… Je savais qu’ils voulaient me donner un avertissement plus musclé. Alors j’ai pris un verre de scotch et je les aient attendu… je savais qu’ils viendraient pas pour boire un verre mais il ne faut jamais leur montrer de signe de faiblesse… >>

 

8

 

-Ivy << Un avertissement…? Mais qu’est-ce que tu as fait ? >>

-Brenan << Ton monde de princesse, c’est pas le mien. Ici, les méchants font la loi et gagnent à la fin de l’histoire. Ces types te trouent la peau juste parce que t’as traversé leur rue ou enfreint leurs règles… >>

-Ivy << Donc tu as enfreint leurs règles ? >>

-Brenan << On peut dire ça comme ça… >>

Mon regard s’attarde sur son torse et ses bras, plus particulièrement sur le tatouage qu’il a sur le biceps droit…

Il suit mon regard et jette machinalement un coup d’oeil sur sa peau encrée.

-Ivy << Y a écrit quoi ? >>

-Brenan << C’est une prière. >>

Devant ma mine interrogative, il poursuit avec une voix monocorde.

-Brenan << C’est une prière à l’ange de la mort. C’est mon guide, il me protège… >>

-Ivy << C’est joli… >>

-Brenan << Je l’ai pas fait pour être joli mais parce que la mort fait partie de ma vie… >>

Je reste interdite. Je pensais qu’un homme comme lui ne croyait qu’en des choses superficielles…

 

9

 

Maintenant que l’inquiétude s’apaise, ma colère refait surface…

-Ivy << Comment t’as osé me faire ça…? >>

Etrangement, là où à peine quelques minutes plus tôt j’aurais sûrement hurlé, ma voix reste calme et posé.

Il prend appui sur ses bras pour changer de position et ce mouvement le fait grimacer.

-Brenan << Ecoute… Je suis désolé pour ça… C’est complètement idiot de ma part… >>

-Ivy << Idiot ?! Si c’était que ça !! C’était surtout irrespectueux et méchant ! >>

-Brenan << Putain, j’ai merdé Ivy ! >>

Il passe une main dans ses cheveux et se frotte le menton, visiblement mal à l’aise.

-Brenan << Au départ, je t’appelais car j’avais envie de te voir… Et puis, quand j’ai vu que tu me confondais avec Jay… qu’il était pas là… Je sais pas, je me suis dit que c’était l’occasion… >>

-Ivy << L’occasion de quoi ? De me sauter ? >>

Je vois ses yeux s’obscurcir et les muscles de sa mâchoire se crisper.

 

10

 

-Brenan << Je t’aurais pas sautée… >>

-Ivy << Oh vraiment ? Après m’avoir prise pour une conne toute la soirée, tu comptais me dire la vérité peut-être ? >>

-Brenan << Ouais… J’ai réalisé que mon petit jeu allait trop loin… J’ai voulu te le dire mais la bagnole a déboulé et… >>

-Ivy << Aaah ! C’est tellement pratique !! >>

Je me suis levée brutalement du lit en faisant de grands gestes avec mes bras comme si je chassais l’air.

-Brenan << Calme-toi Ivy ! >>

-Ivy << Comment tu veux que je me calme ?! Tu te rends compte de ce que tu m’as fait ?! >>

-Brenan << Je… >>

-Ivy << Oh non ! Bien sûr que non ! T’es bien trop égoïste pour ça !! Ce que tu veux, tu le prends, hein ?! Et tant pis si tu fais du mal aux autres, c’est ça ?! >>

 

11

 

Il lâche un juron et tente de se relever mais ça lui arrache un grognement.

-Brenan << Je suis désolé Ivy mais… >>

-Ivy << Mais quoi ? QUOI ?! >>

-Brenan << Tu me plais, d’accord ?! Depuis que je t’ai revue au concert, je pense tout le temps à toi ! A ta façon de me défier ! Et je sais que j’ai aucune chance avec Jay dans les parages ! >>

-Ivy << Tu… Quoi ? >>

Je fronce les sourcils en esquissant un mouvement de recul. C’était vraiment la dernière chose à laquelle j’aurais pu penser…

-Brenan << Tu as bien entendu… >>

-Ivy << Je… C’est… Dans tous les cas, ce n’est pas une raison valable pour faire ce que tu as fait ! Faut être vraiment tordu pour faire un truc pareil !! >>

-Brenan << T’as raison, je suis con. Jay est génial. Fin de la discussion. >>

 

12

 

-Ivy << Oh ne joue pas à ça Bren… >>

-Brenan << Je ne joue pas. Crois-moi je me déteste de t’avoir fait du mal… Mais je sais pas faire autrement… Moi j’ai appris par les coups et les humiliations… Oh… J’ai bien essayé de m’intégrer… Le petit bouseux dans la grande ville… Mais qu’est-ce que tu crois ? Que parce que t’es gentil, que tu demande la permission, on te donne…? Non. On te donne rien. T’es né différent, tu restes différent, marqué comme du bétail… Alors tu dois te faire respecter. Ne jamais montrer tes faiblesses et encaisser sans broncher. Et ne va pas croire que je me fou de mon frère, je veille sur lui depuis toujours… >>

Malgré ce qu’il a fait, malgré ma colère, je sens de la sincérité dans sa voix. Comme si sa carapace venait de se fissurer. Je ne peux imaginer ce qu’il a vécu pour avoir un discours aussi rude…

Et le fait qu’il s’excuse et qu’il laisse de côté sa fierté de bad boy ne me laisse pas indifférente…

Soudain je me sens submergée par des émotions contradictoires… Je ferais bien de partir d’ici avant d’emprunter un chemin sans retour.

-Ivy << Je crois qu’il vaut mieux que j’y aille ! J’ai besoin de digérer tout ça… Y a bien un de tes potes que tu pourra appeler pour s’occuper de toi. En attendant, oublie-moi… >>

 

13

 

-Brenan << Merci. T’inquiète je me débrouillerai très bien tout seul… >>

Il se lève tant bien que mal et me lance un regard de défi.

-Ivy << Tu veux que je te dise ? Ton frère n’a peut-être pas une belle bagnole, une belle villa ni toutes ces belles choses que tu possèdes… Mais il a quelque chose que tu n’auras jamais… L’intelligence du coeur ! Et ne t’avise pas de lui parler de ton odieux mensonge… >>

Il ne dit rien et lève les mains en signe de capitulation.

Alors que je lui tourne le dos et que je passe la porte, il me lâche : « Ce que j’ai ressenti ce soir avec toi, c’était vrai. Et je sais que, toi aussi, tu as ressenti quelque chose… »

 

14

 

Je reçois une décharge en plein coeur. Au fond de moi je le sais. C’était différent et je l’ai senti… Comme si Jay avait changé, et je ne peux pas nier que ça m’a beaucoup plu…

Je reste un instant le dos tourné, une main appuyée sur l’embrasure de la porte, sans plus rien dire. Puis, je le laisse planté là, en lui faisant un mouvement de la main en guise d’au revoir.

 


  

Je rentre à l’appartement complètement épuisée, vidée et dégoûtée… J’aimerais tellement pouvoir débrancher mon cerveau et arrêter de penser !

Pourtant la déclaration de Bren tourne et retourne dans ma tête… « Je sais que, toi aussi, tu as ressenti quelque chose… »

Oui, j’ai senti une attraction, et le mot est faible. J’ai adoré la façon dont il m’a embrassée et ses propositions indécentes mais… Je pensais être avec Jay ! Jamais je n’aurais ressenti ça si j’avais su ! Je le déteste de m’avoir tendu ce piège !

 

15

 

Yoogi me sort de ma méditation en bousculant ma main pour que je le caresse. Je le regarde un instant puis j’entoure son cou poilu de mes bras tremblants.

-Ivy << Oh mon Yoogi… Qu’est-ce que j’ai fait…? >>

Je me mets à sangloter doucement. Il ne bouge pas, comme s’il sentait que j’ai besoin de sa présence réconfortante et innocente.

 

Après quelques instants, je vais à la salle de bain pour me passer un peu d’eau sur le visage. Mon maquillage a coulé, j’ai une mine affreuse.

 

16

 

Je retourne dans le salon et j’attrape mon téléphone.

Je regarde mes messages, le coeur battant. Craingnant d’en avoir un de Jay me disant qu’il sait tout, que Bren lui a tout dit…

Alors que je vais pour reposer mon portable, soulagée qu’il n’y ait rien, celui-ci se met à vibrer.

Un message de Bren : « Merci d’avoir été là. Sache que je suis sincèrement désolé. Pour tout. B »

Comment peut-il se comporter ainsi maintenant, alors qu’il a été ce salaud prétentieux qui a joué avec mes sentiments un peu plus tôt ?

Excédée, je tape un message très clair : « Oublie-moi un moment. Merci. »

 

17

 

Je balance mon téléphone et j’attache Yoogi pour le sortir rapidement avant de me doucher.

Je n’ai qu’une envie, me plonger sous l’eau chaude, fermer les yeux et faire comme si cette soirée n’avait jamais existé.

Demain, je vais me réveiller. Ce n’était qu’un cauchemar…

 


 

J’ai décidé de passer mon dimanche dehors, avec mon chien. Je n’ai pas envie de rester enfermée chez moi.

Nous sommes à Green Park, mon refuge quand j’ai besoin de décompresser…

Le point positif c’est que mon rhume/allergie a totalement disparu. Par contre, mon corps n’a pas assez récupéré de mes émotions d’hier soir… 

Je m’arrête près de la petite mare. Yoogi en profite pour fureter.

 

18

 

Alors que je regarde au loin en soupirant, mon téléphone vibre.

Un message de Jay : « Salut ma belle ! Je rentre ce soir à 23h. Envie de te voir… »

Je vais devoir faire face à mes responsabilités. Le sang bat dans mes tempes et mes mains sont moites. Je ne sais pas quoi lui répondre… 

Le temps que je réfléchisse il m’appelle.

-Ivy << Allo… >>

-Jayden << Salut princesse ! Tu vas bien ? >>

-Ivy << Oui, je me promène avec Yoogi. Et toi ça va ? >>

-Jayden << T’as eu mon message ? >>

-Ivy << Oui j’ai vu… >>

-Jayden << Je prends l’avion dans quelques heures. Je serais à Bridgeport vers 23h… J’ai envie de te voir… Juste te faire un bisou et te serrer dans mes bras… >>

 

19

 

Je devrais sauter de joie mais, au lieu de ça, mon coeur se serre. Dire que j’avais peur qu’il se laisse séduire par d’autres filles et c’est moi qui en ai embrassé un autre !

-Ivy << 23h…? >>

Je répète, comme une imbécile, l’information pour me donner le temps de réfléchir et d’évaluer la situation.

-Jayden << Ouais ! Enfin, le temps que j’arrive chez toi, plutôt 23h30… >>

Je me sens si mal que je n’ai pas le courage de le voir ce soir…

-Ivy << C’est que je me sens pas très bien en fait. Ce soir, je vais sûrement me coucher tôt… >>

-Jayden << Ah… >>

Il semble déçu. Je met mon poing contre ma bouche et je ferme les yeux, en me maudissant silencieusement.

Franchement… Qu’est-ce qu’il va penser…?

-Jayden << Tu es fâchée ? >>

-Ivy << Non Jay, pas du tout ! J’aurai aimé te voir mais… Voilà… Ce soir ça fait tard… >>

 

20

 

Tu parles ! En temps normal, j’aurais pu me lever en pleine nuit, courir sous la pluie, la neige ou la grêle, rien que pour me blottir dans ses bras !

-Jayden << Les gars m’appellent, je dois y aller. On se voit demain au bureau alors… >>

Sa voix a perdu tout son enthousiasme et mon coeur s’écrase par terre. Bravo Ivy !

-Ivy << Oui, à demain ! >>

-Jayden << Je t’embrasse… >>

-Ivy << Moi aussi… >>

Lorsque je raccroche je fixe un moment le ciel et j’inspire doucement pour retenir mes sanglots.

J’ai absolument besoin de conseils, et je sais très bien qui je dois appeler pour ça…

Je cherche le numéro de Willa sur mon portable en espérant qu’elle soit disponible pour une longue conversation…

-Willa << Allo…? >>

-Ivy << Salut Willa ! >>

Sa voix semble essoufflée et j’entends des bruits derrière elle. Je jurerais entendre une sorte de grognement masculin.

-Ivy << Euh… Je te dérange peut-être ? >>

 

21

 

-Willa << Non, non… Dis-moi ! >>

Je l’entends s’éloigner du combiné un instant pour demander quelque chose à une autre personne. Avec qui donc a-t-elle encore passé la nuit…?

-Ivy << Willa… ça va pas… Je sais pas quoi faire… >>

-Willa << Oh… Attends deux secondes… >>

J’entends quelques bruits indistincts, un échange, et une porte qui se ferme.

-Willa << Voilà, je suis à toi, ma chérie ! Qu’est-ce qu’il y a ? >>

-Ivy << Je sais même pas par où commencer… >>

-Willa << Eh bien commence par le commencement… >>

Je sais qu’elle est prête à me ramasser à la petite cuillère…

-Ivy << Hier soir… J’ai confondu Bren avec Jay… Et euh… On a passé une soirée très… >>

-Willa << Attends… Attends… Comment c’est possible ça ? >>

-Ivy << Eh bien tout a commencé quand Jay m’a appelée pour me dire qu’il rentrait plus tôt. Au départ j’étais étonnée, parce qu’il y avait le concert et tout. Mais j’étais tellement contente que j’ai pas réfléchi. Et en fait c’était pas Jay mais Bren ! Il m’a rejoint et on a flirter… On est allé chez moi et on a failli coucher ensemble… >>

 

22

 

Un silence au bout du fil… Willa essai sans doute de remettre les informations en ordre pour comprendre ce que je lui raconte.

-Willa << Je comprends rien. Jay t’a appelée mais c’est Bren qui est venu au rendez-vous ? >>

-Ivy << Non, en fait Bren m’a appelée et il s’est fait passer pour Jay… >>

J’ai le coeur dans la gorge, envie de pleurer, mais je retiens mes larmes.

-Willa << Oh bordel ! Ca y est j’ai pigé…!! >>

-Ivy << Et maintenant je me sens minable… >>

-Willa << Mais t’as pas vu que c’était pas Jay ? Enfin… je veux dire… >>

-Ivy << Willa, ils sont jumeaux ! Leur voix est identique… Bren avait le même look que Jay, ce soir-là… Et il s’est teint les cheveux… >>

-Willa << Dingue !! Je me souviens, c’est arrivé à une copine… Bon, elle était plutôt consentante, si tu vois ce que je veux dire… Mais, t’as vraiment rien percuté ? >>

-Ivy << Il y avait bien son odeur, c’était pas le même parfum… Mais bon, j’ai pas bloqué là-dessus. Je veux dire, les mecs ont aussi le droit de changer de parfum… >>

-Willa << Et qu’est-ce qu’il s’est passé ? >>

-Ivy << On a passé la soirée dans un bar. On a discuté, on s’est embrassé et je lui ai proposer de me raccompagner. J’avais vraiment envie de plus, tu vois… >>

Je l’entends jurer à l’autre bout du fil.

-Ivy << Et quand on est arrivé en bas de chez moi… on a été interrompu. >>

 

23

 

-Willa << La vache ! Mais t’as rien remarqué à sa façon de t’embrasser, de te toucher…? >>

-Ivy << J’ai bien sentie qu’il y avait quelque chose de différent dans son comportement mais les choses étaient tellement intenses entre nous… Il m’a fait des promesses vraiment indécentes… >>

-Willa << Wow… Mais qu’est-ce qu’il s’est passé ? Pourquoi vous avez pas été jusqu’au bout ? >>

-Ivy << Un type en ferrari s’est arrêté à notre hauteur et a menacé Jay… enfin Bren. Et il m’a ordonné de rentrer chez moi en prétextant que le type en voulait à son frère et qu’il allait régler l’affaire… >>

-Willa << O…K… >>

-Ivy << Je sais, c’est une histoire de dingue… Et ça ne s’arrête pas là… >>

-Willa << Comment ça ? >>

Je marque un temps d’arrêt et je prends une grande inspiration, en regardant Yoogi, qui furète innocemment au bord de l’eau.

-Ivy << Quand j’ai compris le petit jeu de Bren, j’ai débarqué chez lui comme une furie… >>

-Willa << Oh putain, j’imagine ! J’espère que tu lui as fait passer un sale quart d’heure !! >>

-Ivy << J’étais vraiment partie pour… mais je l’ai trouvé étendu par terre, près de sa piscine. Il avait été tabassé… >>

 

24

 

-Willa << Sérieux ! Par qui ? Le type à la ferrari ?! >>

 -Ivy << Oui, à priori une histoire de gang, ils sont venu lui donner un avertissement à plusieurs… Quoi qu’il en soit, je l’ai aidé à remonter dans sa chambre. >>

-Willa << Dans sa chambre…? Sérieux Ivy… >>

-Ivy << T’inquiète, il était complètement inoffensif… De toute façon, il avait pas intérêt à tenter quoi que ce soit… >>

Elle laisse passer un silence. Je sais très bien ce qu’elle pense.

-Willa << Bon… Et comment tu te sens par rapport à tout ça ? >>

-Ivy << Super mal… Je m’en veux tellement d’avoir confondu Jay avec son frère… C’est nul, je me sens idiote… >>

-Willa << Ecoute… Je crois qu’il ne faut pas te mettre dans cet état. Après tout, vous vous êtes juste embrassés, rien de bien méchant. Le fautif dans l’histoire, c’est Bren. >>

-Ivy << Oui… Et puis il dit qu’il ne serait pas monté chez moi pour aller plus loin… C’est vrai qu’il a voulu me dire quelque chose avant que la ferrari nous interrompe. >>

-Willa << Mouais… Mais, par contre, cette histoire de gang, ça me plaît pas du tout ! Fais attention… Jay rentre quand du coup ? >>

-Ivy << Justement il rentre ce soir. Il m’a appelée parce qu’il voulait passer me voir, avant de reprendre le boulot, mais je me suis sentie trop mal et j’ai décliné sa proposition… >>

 

25

 

-Willa << Ma pauvre… Tu comptes lui parler de tout ça ? >>

-Ivy << Oui, je compte le faire… Mais pour l’instant je me sens pas le courage… >>

-Willa << Je pense que c’est important que tu lui en parles. Son frère n’aurait jamais dû faire un truc pareil, c’est important qu’il le sache ! Il ne faut pas laisser ce mensonge entre vous deux… >>

-Ivy << Oui, tu as sans doute raison… >>

-Willa << Bon, écoute, pour l’instant repose-toi. Aère-toi l’esprit. Demain tu y verras déjà plus clair. Et surtout déculpabilise ! >>

-Ivy << Mmm Mmm… >>

-Willa << Je ne suis pas sur Bridgeport ce week-end, je vais devoir te laisser… Si tu as besoin tu me rappelles, ok ? >>

-Ivy << D’accord… Merci Willa. >>

-Willa << Allez… Je te laisse. Et reste cool hein ? >>

-Ivy << Oui… Je vais essayer. Bisous. >>

Lorsque je raccroche je me sens un peu mieux. Cette fille m’aide toujours à dédramatiser les pires situations. Heureusement qu’elle est là !

 


  

26

 

Le lendemain matin, je me suis prise en main, je me suis levée de bonne heure et je me suis habillée version business woman.

Extérieurement, je suis en pleine possession de mes moyens mais intérieurement je suis en conflit avec moi-même.

Mon coeur bat la chamade depuis le réveil. Savoir que je vais revoir Jay me rend à la fois heureuse et stressée…

Lorsque j’arrive au bureau, je le cherche du regard en m’encourageant silencieusement à garder le contrôle.

Ne le voyant pas je me rends à la cafétéria.

Il est là appuyé négligemment contre la baie vitrée, le regard perdu au loin.

 

27

 

Mon coeur rate un battement. Son attitude hyper sexy n’a rien d’étudié, c’est simplement lui. Je déglutis péniblement.

Lorsque son regard croise le mien, je prends une décharge de 200 volts. Bordel ! Il provoque tellement de trouble en moi…

Je lui souris. De toute façon, je ne peux pas faire autrement, je suis trop heureuse de le voir…

Lorsqu’il est à ma hauteur, il passe une main le long de ma taille et avance son visage vers le mien pour me faire la bise.

Sa bouche dévie doucement vers mes lèvres sans jamais les toucher… Son odeur, celle que j’aime tant, m’envahit tout entière…

-Jayden << Bonjour mademoiselle… >>

Il murmure à mon oreille. Est-ce qu’il est seulement conscient de l’espèce de feu ardent que ce simple geste peut déclencher en moi ?

 

28

 

Je me recule d’un pas, mal à l’aise. Je sais ce que je dois lui dire, mais j’ai tellement peur de sa réaction ! Les battements de mon coeur s’accélèrent et je fixe le sol.

-Jayden << Qu’est-ce qu’il y a…? >>

-Ivy << Il faut que je te dise quelque chose… Quand tu n’étais pas là… >>

Je n’arrive pas à le regarder dans les yeux. Je tripote mes mains comme une petite fille prise en faute pendant que j’inspire pour me donner du courage.

-Jayden << T’es fâchée pour Starlight, c’est ça ? C’est pour ça qu’hier t’as pas voulu me voir ? >>

-Ivy << Non, bien sûr que non… >>

-Jayden << Je pouvais pas refuser… Ken est mon pote… >>

-Ivy << Je sais Jay… je te dis que c’est pas ça… >>

 

29

 

Il se tait et m’observe. Je regarde nerveusement autour de moi pour m’assurer que personne ne puisse nous entendre. Je ne peux plus faire marche arrière maintenant…

-Ivy << Quand tu étais pas là, samedi soir. ton frère s’est fait passer pour toi… >>

Son visage se ferme. Maintenant je lis de l’incompréhension dans ses yeux émeraude.

-Jayden << Quoi…? >>

Sa voix est calme mais elle n’en est pas moins pleine d’inquiétude…

-Ivy << Il s’est fait passer pour toi toute la soirée… On a été dans un bar et on s’est… embrassé… >>

Ses lèvres s’ouvrent et se referment plusieurs fois pendant que ses sourcils se froncent. Mon coeur se serre.

-Ivy << Mais il ne s’est rien passé de plus ! Je te le jure ! Je me sens minable… Je pouvais pas te le cacher, fallait que je te le dise… >>

Il reste muet. Il semble profondément choqué. Il regarde un instant au loin, puis lorsque ses yeux se reposent sur moi, ils sont plus durs.

 

30

 

-Jayden << T’es en train de me dire que tu m’as confondu avec mon frère ? >>

-Ivy << Je sais… C’est complètement dingue ! Mais il a joué ton rôle à la perfection, il s’est même teint les cheveux… >>

-Jayden << Tu te fous de ma gueule ? Tu vas me dire dire qu’à cause d’une putain de… >>

Il s’aperçoit qu’il a haussé la voix. Il hoche la tête et passe ses mains dans ses cheveux.

-Jayden << A cause d’une teinture…? >>

Mon coeur éclate en morceaux lorsqu’il me lance un sourire narquois et me regarde comme si j’étais la pire des imbéciles.

-Ivy << C’était pas que ça… Bren a vraiment… >>

-Jayden << C’est pas croyable… Me confondre avec mon frère… >>

Il ne me laisse pas finir. Il semble penser que je me moque de lui… J’ai l’impression de n’avoir aucune chance de pouvoir m’expliquer.

Je suis doublement blessée. D’abord Bren se joue de moi et ensuite Jay me le fait payer ! Je leur ai fait quoi au juste pour mériter ça ?

 

31

 

-Ivy << Tu me laisses même pas t’expliquer ! C’est quand même moi qui ai été prise pour une conne, dans cette histoire ! >>

Sur ce, je tourne les talons et m’enfuis. Je cours presque vers l’ascenseur. Je n’ai plus le courage de l’affronter, d’affronter son regard, d’affronter mon erreur et ses reproches…

Avant que les portes de mon refuge ne se referment, il les bloque et se glisse à l’intérieur. Sa large poitrine se tend et se détend lourdement comme s’il peinait à respirer.

Il appuie brutalement sur le bouton de fermeture. Il se tient à un mètre de moi, puissant, magnifique… J’ai envie de pleurer devant cet homme exceptionnel que je suis sur le point de perdre.

-Ivy << Je m’en veux tellement si tu savais… Depuis que j’ai compris ce que Bren m’a fait ! Et je redoutais ce moment où je devrais tout te dire mais je voulais pas te mentir ! >>

-Jayden << Vous vous êtes embrassés… Pas plus…? >>

 

32

 

Il a murmuré, la main devant sa bouche, le regard dans le vide, comme s’il se parlait à lui-même. Je vois le muscle de sa mâchoire se tendre.

-Ivy << Oui… Tout ça ne veut rien dire pour moi… ça n’a aucun sens ! Je croyais que c’était toi, et on est pas allé plus loin ! >>

Les portes s’ouvrent derrière lui et un type en costard cravate, la mine morne, s’apprête à entrer.

-Jayden << C’EST OCCUPE ! >>

Le type ouvre des yeux ronds. Jay appuie sur le bouton de fermeture et lance l’ascenseur au plus haut de son ascension. J’ai mal au coeur de le voir dans cet état…

-Jayden << Comment t’as pu me confondre avec lui ? >>

-Ivy << Je… Je te l’ai dit… Je m’en veux tellement ! Je n’arrive pas à me l’expliquer ! Jamais je n’aurais dû te confondre avec lui, parce que… >>

Mon coeur tambourine dans ma poitrine, j’ai l’impression de suffoquer dans ce petit espace. Il se rapproche lentement de moi, je me sens prise au piège.

-Jayden << Parce que quoi ?! >>

-Ivy << Parce que j’ai des sentiments pour toi, Jay ! Parce que le seul fait que tu sois seul avec moi dans cet ascenseur me fait perdre le contrôle ! Parce que je pense à toi tout le temps ! Depuis des mois j’essaie de te faire comprendre que je veux être plus qu’une collègue pour toi… Mais j’ai trop peur que tu ressentes pas la même chose…! >>

 

33

 

Voilà ! C’est lâché ! Il reste interdit pendant quelques secondes. Je le regarde fixement, je me sens complètement vulnérable, je viens de jeter mon armure à ses pieds.

Son regard s’adoucit mais je n’arrive pas à discerner ce qui se passe dans sa tête à ce moment précis. J’ai l’impression que l’air me manque et que ma poitrine est comprimée.

-Jayden << Je vais te montrer tout de suite comment je peux prendre tes lèvres et tu ne feras plus jamais l’erreur de me confondre avec mon frère… >>

Au ton de sa voix et à l’annonce de cette promesse, mes jambes flageolent et ma respiration se coupe d’un coup.

Je fixe à tour de rôle ses yeux et sa bouche. Je chancelle jusqu’à m’appuyer contre la paroi, à la fois excitée et intimidée par ses intentions.

Tout à coup, il fond sur moi en une simple enjambée. Il attrape habilement mes deux poignets qu’il plaque avec fougue contre la paroi, au-dessus de ma tête.

Lorsqu’il prend possession de ma bouche, j’ai l’impression qu’il me prend toute entière. J’ai le sentiment de lui appartenir, d’être à lui. Comme s’il reprenait son dû.

 

34

 

Son torse écrase ma poitrine, sa langue s’insinue autour de la mienne, ses mains me maintiennent fermement. Heureusement d’ailleurs, car toute la tension retenue dans mon corps frêle vient de se vider d’un coup et mes jambes ne me tiennent plus.

Je n’ai aucune envie de lutter, au contraire je savoure ce moment. Son parfum m’enveloppe tandis que son corps se presse contre le mien.

Il passe une jambe entre mes cuisses pour me posséder davantage. J’étouffe un gémissement de surprise.

Je crois qu’un bouton de mon chemisier a sauté sous la brutalité de son étreinte.

Je tente de bouger mes bras pour le toucher. Mais il me maintient fermement en poussant un grognement qui vibre du fond de sa gorge jusqu’au bout de mes lèvres.

Personne ne m’a jamais embrassée avec une telle passion et je n’ai jamais ressenti pareille intensité dans les bras d’un homme. Même pas ce fameux soir avec Bren…

 

35

 

Jay a le don de supprimer tout ce qui nous entoure, de me plonger dans un tourbillon de sensations où il n’y a que lui qui s’empare de moi.

Je veux cet homme. Je le veux au plus profond de moi. Je le veux depuis le premier jour. Tout mon corps vibre pour lui… La sensuelle et profonde caresse de sa langue sur la mienne, ses mains qui me dominent, son corps ferme qui écrase le mien, impitoyablement… Je veux tout !

Ne pouvant pas bouger les bras ni les jambes, je décide de me cambrer au maximum pour ne laisser aucun espace entre lui et moi. J’en veux plus, je le réclame.

Je le sens se tendre contre moi pendant qu’il resserre son étreinte. Il n’y a que le bruit de nos bouches qui se mêlent l’une à l’autre et de nos souffles saccadés.

L’ascenseur peut s’ouvrir à tout moment, ça n’a pas la moindre importance. Le temps se suspend, je suis dans un autre monde, le sien…

 


 

36 

 

Après le travail, Jay est allé directement, je cite : « régler l’affaire » avec Bren…

Je suis inquiète, je ne sais pas ce que ça va donner.

Est-ce qu’ils vont se battre ? Leur relation est tellement étrange que je me demande sincèrement comment ils vont régler leurs comptes…

Tout ça… Toute cette situation… Je me sens tellement mal…

Du coup, j’ai décidé de profiter de la fin d’après-midi pour aller me promener avec Yoogi.

Lorsque je repense au baiser de Jay, des sensations parcourent tout mon corps. C’est la première fois que je le vois si entreprenant. C’était comme s’il reprenait ce qui lui appartient. Comme si le bad boy qu’il était auparavant n’était pas si loin finalement…

C’était… intense. Voilà encore un truc croustillant dont Willa se délectera…

 

37

 

Je ferme les yeux un instant pour repenser à son baiser. Cette façon qu’il a eu de prendre possession de ma bouche donne à mon imagination tout le loisir de fantasmer sur une nuit avec lui…

Je secoue vivement la tête et je souffle pour me remettre les idées en place.

Je repense à ces types qui ont agressé Bren… Je ne sais pas ce qui s’est réellement passé mais j’ai juste peur qu’il implique Jay d’une façon ou d’une autre…

Qu’il se face frapper parce qu’il le cherche est une chose mais que ces types s’en prennent à Jay en est une autre…

J’espère que la confrontation des deux frères ne va pas être trop dramatique…

 


  

Après notre promenade avec Yoogi, je me suis changée et j’ai attendu sur le sofa un appel ou un message de Jay. Je ne supporte pas d’être si dépendante.

Alors que je vais pour me cuisiner quelque chose, mon téléphone sonne. Je me précipite pour prendre l’appel.

-Ivy << Allo ? >>

 

38

 

-Jayden << C’est moi. >>

Sa voix est indéchiffrable.

-Ivy << Comment ça s’est passé ? >>

Il laisse un silence perturbant s’installer. Il paraît durer une éternité et l’angoisse me prend.

-Jayden << J’ai vu Bren. >>

Il peine à s’exprimer. Cette histoire doit lui faire beaucoup de mal. Mon coeur se serre.

-Jayden << C’est réglé. >>

-Ivy << D’accord… ça c’est bien passé alors ? >>

-Jayden << C’était pas notre moment le plus fraternel, Ivy… >>

Je sens du sarcasme dans sa voix et je déteste ça parce que ça ne lui ressemble pas.

J’espère seulement que Bren ne lui a pas raconté n’importe quoi sur moi… Sur ce qui s’est passé et ce que nous allions faire…

-Jayden << T’as rien d’autre que tu voudrais me dire… sur cette soirée…? >>

On y est. Mon cerveau active le mode warning. Qu’est-ce que Bren a bien pu lui dire ?!

 

39

 

-Ivy << Non Jay… Je vois pas… >>

-Jayden << Donc c’est pas toi qui a eu l’excellente idée de débarquer chez lui alors que des mecs étaient passés un peu plus tôt lui casser la gueule…? >>

Merde ! J’étais tellement omnubilée par cette histoire d’imposture que j’ai complètement omis ce passage de l’histoire…!

-Ivy << Je voulais t’en… >>

-Jayden << Tu te rends compte qu’ils auraient pu être encore là, ces types…? >>

-Ivy << Je sais me défendre… >>

-Jayden << Putain, Ivy… S’ils s’en sont pris à Bren, tu crois qu’ils auraient fait quoi avec toi, une belle fille seule ?! Tes poings t’auraient servi à rien contre leurs armes !! >>

Cette fois il est clairement excédé.

-Ivy << C’était pas prudent… Je sais ! >>

-Jayden << Tu prends pas le truc au sérieux, Iv… Tu t’es pas dit qu’il fallait me parler de ça aussi ? >>

-Ivy << J’ai oublié Jay ! >>

-Jayden << Ouais… Et tu l’as aidé à monter dans sa chambre, au lieu d’appeler les secours…? >>

-Ivy << Je voulais appeler les secours ! Mais il n’a pas voulu, alors je l’ai aidé à remonter dans sa chambre et je suis partie… >>

 

40

 

Je l’entends inspirer lourdement.

-Ivy << Jay… J’aurais dû faire quoi, au juste ? Le laisser crever par terre, comme un chien ?! >>

Je suis sur la défensive. Je commence à en avoir marre de ses remontrances et de devoir ramasser pour Bren alors que j’ai simplement apporté mon aide !

-Jayden << Bien sûr que non ! J’aurais juste aimé que tu me dises toute la vérité ! >>

Je lâche un soupir. J’ai l’impression de toujours tout faire mal…

-Ivy << Tu m’en veux parce que je suis allé chez lui alors que j’aurais pu tomber sur les sales types, ou tu m’en veux parce que je l’ai emmené dans sa chambre ? >>

-Jayden << Ivy… >>

J’ai parlé d’un ton sarcastique et je m’en veux aussitôt.

-Ivy << Désolé Jay… J’aurais pas dû dire ça… Je te vois ce soir ? >>

-Jayden << Euh… Non. Je suis à la salle… J’ai un p’tit gars à entraîner… >>

-Ivy << Ok… >>

Un silence s’installe pendant quelques interminables secondes.

-Jayden << J’dois y aller. A plus. >>

Lorsqu’il raccroche je me sens frustrée. Il est hors de question qu’il m’évince de cette façon !

 

41

 

Je vais aller à la salle de sport et nous allons avoir une discussion !

 


  

Lorsque j’arrive je balaye la salle du regard à la recherche de Jay.

Je l’aperçois discutant avec deux jeunes. Ils ne doivent pas avoir plus de 12 ou 14 ans.

Je sais qu’il m’a vue mais je le laisse terminer et je commence à m’échauffer en faisant quelques étirements.

 

42

 

Je commence à mieux comprendre pourquoi il fait tout ça pour les gosses du quartier. Il aurait sûrement aimé qu’on fasse pareil pour lui. Mais qui se souci de ces enfants indésirables…?

-Jayden << Je pensais pas te voir là… >>

Je sursaute et je me retourne vers lui.

-Jayden << Des années de travail pour que ces jeunes finissent pas comme mon frère et moi… >>

Il y a de la mélancolie dans sa voix.

-Ivy << Tu peux pas comparer ton parcours avec celui de Bren. Vous êtes différents… >>

-Jayden << Oh… Vraiment ? >>

Un jeune garçon interrompt le malaise en tapant sur l’épaule de Jay. Il lui fait un signe suivit d’un clin d’oeil avant de repartir. Lorsque Jay se retourne vers moi je ne sais pas comment continuer cette conversation…

-Jayden << Désolé, faut que j’y retourne, je dois finir avec les gars… >>

-Ivy << Ok pas de souci. Je t’attends là. >>

Il me regarde un instant. Il sait qu’il s’en tirera pas en essayent de m’éviter. Il m’adresse un dernier regard puis s’éloigne vers les garçons.

 

Les minutes passent jusqu’à ce que les derniers élèves quittent la salle. Jay donne une dernière accolade à un gamin qui semble l’admirer, avant de se diriger vers moi.

-Ivy << Bon… On se fait un entraînement ? >>

 

43

 

Il semble hésiter un instant. Mais, mon gars, je ne compte pas partir d’ici avant que nous ayons réglé nos comptes sur le ring !

-Jayden << Si tu veux… >>

Sa nonchalance me blesse. Mais je ne me démonte pas et approuve de la tête.

Nous montons sur le ring, chacun de notre côté, pour nous faire face. Il y a comme un air de déjà vu…

Sans prévenir il envoie un coup de pied. Je l’évite de justesse mais je perds l’équilibre. Je peste d’avoir été déstabilisée si facilement.

-Jayden << Alors ? Je croyais que tu savais te défendre…? >>

Je réajuste ma garde et je fronce les sourcils. Je n’aime pas le ton qu’il prend… Il est encore en train de me sermonner…

Je fonce sur lui et je balance un coup contre son flanc, puis je le pousse contre le filet. Ce simple mouvement me fait un bien fou !

-Ivy << Je sais me défendre. >>

Il s’avance rapidement puis il attrape mes mains et les bloque sous ma poitrine tandis qu’il me retient contre son torse. Ses bras enserrent les miens et emprisonnent mon buste, de sorte que je ne peux plus bouger le haut de mon corps.

Je prends appui sur mes pieds pour remonter les genoux à ma poitrine. Mais il ne défait pas son emprise pour autant et, lorsque mes pieds touchent à nouveau le sol, il me bloque toujours. J’avais oublié la force qu’il a…

 

44

 

Le dernière fois que nous étions si proches, c’était pour tout autre chose, et je dois dire que mon esprit s’écarte de notre activité première lorsque je sens son souffle sur ma nuque.

Automatiquement je me sens tout de suite en confiance et mon corps se détend… Je me laisse aller contre lui. Il murmure à mon oreille.

-Jayden << Et maintenant… T’es dans les bras de qui ? De Bren ou de Jay…? >>

Quoi ?! Instantanément mon corps se crispe comme si on me plantait un couteau dans le dos.

Je tente de me libérer mais il ne relâche toujours pas son emprise. L’angoisse me saisit et les larmes me montent aux yeux.

-Ivy << LACHE-MOI !! >>

Je me débats presque comme une furie et, lorsqu’il finit par me lâcher, je tombe lourdement sur le sol. Mes genoux absorbent le choc.

Quand je relève les yeux, il me regarde fixement, comme s’il venait de réaliser la cruauté de ses paroles. J’en ai le souffle coupé.

-Jayden << Pardon… Je… >>

-Ivy << Comment tu peux me parler comme ça ?! Tu crois sincèrement que je me sens pas assez mal avec cette histoire ?! >>

 

45

 

-Jayden << Excuse-moi… >>

Il se précipite vers moi. Il se met à genoux pour venir à ma hauteur. La salle est vide, nous n’entendons que le bruit de la lampe vétuste qui crépite au-dessus de nos têtes.

-Ivy << Je dois faire quoi…? >>

Je sanglote et je répète cette phrase. Il passe doucement ses bras le long de mes épaules mais j’esquisse un mouvement de recul.

-Ivy << Tu t’es moqué de moi dans l’ascenseur, c’est ça ? C’était quoi… Ta façon mesquine de me punir ?! De me montrer ce à quoi je n’aurai plus jamais droit ?! >>

-Jayden << Non je… >>

Je passe mes mains sur mes genoux endoloris et je fixe le sol. Je me sens impuissante, esclave de mes sentiments pour cet homme…

-Jayden << Je suis vraiment trop con. Pardon Ivy… >>

Il ferme les yeux une seconde. Je vois le muscle de sa mâchoire tressauter pendant que ses épaules s’affaissent. De toute évidence il semble se maudire intérieurement.

Il relève la tête vers moi puis il me prend dans ses bras pour me serrer contre sa poitrine. Ce contact est si apaisant que, cette fois, je me laisse faire et lui rend son étreinte.

 

46

 

-Jayden << Je t’ai imaginée toute la soirée dans ses bras… Et puis… dans sa chambre et… Je sais pas… toute cette proximité que vous avez eu tous les deux, ça m’a rendu fou… >>

-Ivy << Je l’ai juste aidé à monter dans sa chambre… >>

-Jayden << Je sais… Je suis désolé, je me sentais blessé… Je veux pas que Bren te… Enfin, j’aurais jamais dû te dire ça… Bordel… Je suis qu’un con… >>

Nous restons ainsi plusieurs longues minutes. Lui en train de caresser mes cheveux et moi, collée à lui, à pleurer dans son sweat.

-Jayden << J’ai envie qu’on tente quelque chose toi et moi, mais… Un jour j’ai peur de te blesser et, ce jour-là, tu me détesteras… >>

Mon coeur s’enveloppe de douceur et ma tête de panda dépressif se dégage de lui pour l’observer. Je suis pendue à ses lèvres, pleine d’espoir.

-Jayden << Je veux pas qu’on s’arrête là. Tu es spéciale pour moi, princesse… >>

Je renifle et je le fixe, incrédule. Je n’arrive pas à prononcer un seul mot. Je me sens fondre devant cette déclaration.

Je passe une main pour essuyer mes larmes. Mon dieu, je dois être absolument affreuse ! Je m’écarte de lui.

-Ivy << Désolée, je dois ressembler à rien… >>

Il attrape délicatement mon menton pour me forcer à le regarder.

 

47

 

-Jayden << Dis pas n’importe quoi. T’es toujours magnifique… >>

Il relève mon menton entre ses deux grandes mains et essuie mes larmes avec ses pouces. Puis il dépose un baiser sur mon front. Ce geste est si tendre que j’en ferme les yeux…

-Jayden << Est-ce que ça te dirait que je t’emmène manger les meilleurs nachos de Bridgeport ? >>

Je lui souris timidement. Je me contente d’un léger mouvement de tête tout en poussant un petit soupir. Je le vois soutenir un peu ses côtes.

-Jayden << T’y as pas été de main morte sur le premier coup… >>

J’étouffe un rire nerveux pendant qu’il m’aide à me relever. Il me fait un petit bisou.

-Jayden << Je te laisse te passer un peu d’eau pendant que je ferme la salle. Le restau est à deux rues d’ici. >>