Lorsque je reprends connaissance je suis chez moi, allongée sur mon lit. Jay est assis à mes côtés.

Il me regarde avec inquiétude.

Je me redresse doucement et m’assoie. Il suit chacun de mes mouvements, comme s’il s’attendait à ce que je m’écroule à tout moment.

-Ivy << Ca va t’inquiète pas, je vais bien… >>

 

1

 

-Jayden << T’as une trousse de secours ? >>

-Ivy << Quoi ? >>

-Jayden << Une trousse de premier soins… Tu sais, un truc pour les bobos ! >>

-Ivy << Ah… Euh oui… Regarde dans le placard de la salle de bain, c’est une trousse rose… Peut-être à côté de mon mascara… >>

-Jayden << Ton quoi ? >>

-Ivy << Mon mascara. Tu sais, le truc que je mets sur les cils pour faire joli ! >>

Il se lève.

-Jayden << Ah… >>

-Ivy << Vraiment ? Tu sais pas ce que c’est du mascara ? >>

 

2

 

-Jayden << Non excuse-moi, j’ai pas l’habitude d’en mettre, je suis belle au naturel ! >>

Il disparaît dans la salle de bain en rigolant.

Je l’entends trafiquer en marmonnant. Sa présence ici, la situation, le voir aussi attentionné envers moi me redonnent le sourire.

Yoogi en profite pour venir me faire des léchouilles. Je lui fais des caresses, il agit toujours sur moi comme un anti-stress.

Il me regarde amoureusement, comme s’il sentait quelque chose d’anormal. Il sent toujours mieux les choses que certains humains…

 

3

 

-Jayden << Pousse-toi Yoogi, c’est pas le moment de mettre tes poils partout ! >>

Yoogi recule maladroitement pour laisser Jay venir s’installer plus prés de moi.

-Jayden << Ok ! On va soigner ça… >>

Il pose la trousse de soin par terre et me fait signe de m’approcher.

Bien docilement, je m’assois un peu plus au bord du lit et je laisse tomber mes mains en signe de capitulation.

Jay se poste devant moi et descend sur ses genoux de sorte qu’il se retrouve le buste à ma hauteur, calé entre mes cuisses !

Une douce chaleur s’insinue en moi et j’ai la chair de poule sur mes cuisses qu’il frôle par moments.

Comme il ne se doute pas de mon état intérieur, il attrape avec une dextérité étonnante le coton avec une petite pince qu’il tamponne dans un peu de bétadine.

 

4

 

-Jayden << Bouge pas ! >>

-Ivy << Oui chef ! >>

Il tamponne avec précaution le haut de ma joue, là où la lame a coupé. Son visage est si près du mien que je sens son souffle chaud contre mon cou.

Mon regard passe de ses yeux à ses lèvres. Je me surprends à l’admirer pendant qu’il s’applique, concentré. Dieu qu’il est craquant…!

-Jayden << C’est bientôt fini ! >>

Il nettoie délicatement la bétadine qui a coulé sur le bas de ma joue. Puis, avec une douceur délicieuse, il caresse mon autre joue.

 

5

 

-Jayden << Voilà princesse… >>

Je crois que j’en ai fermé les yeux, mais je ne suis pas bien sûre… En fait, j’ai très très envie de me blottir contre lui, là, tout de suite.

Je le vois tout ranger dans la trousse et la poser sur le lit. Je ne sais pas quoi dire.

Je replis mes genoux contre moi.

-Ivy << Tu t’y prends drôlement bien en soins… >>

-Jayden << Eh oui, j’ai de nombreux talents cachés, figure-toi… >>

Il rigole, mais moi, ça me rend vraiment curieuse et… un peu lubrique !

-Ivy << Je n’en doute pas… Mais euh… je veux dire, c’est comme si tu étais habitué… à faire ce genre de choses… >>

 

6

 

Je me sens complètement troublée, c’est à peine si j’arrive à faire une phrase cohérente.

-Jayden << On va dire que j’ai été à bonne école. Des coups j’en ai donnés et j’en ai pris par la même occasion… >>

-Ivy << Tu veux dire sur le ring ? >>

-Jayden << Oui… Mais pas que… >>

Je le regarde, interrogative.

-Jayden << Ok j’ai saisi… Tu vas profiter de la situation pour me tirer les vers du nez, c’est ça ? >>

Sa voix est douce et je sens une forme d’amusement dans le ton qu’il emploie. Comme celui qui accepte de se laisser prendre au jeu.

 

7

 

Je joue la comédie en me renfrognant un peu.

-Ivy << Pas du tout ! Ca m’intéresse vraiment… >>

Il vient s’asseoir sur le lit, prêt à discuter.

-Jayden << Tu sais… J’ai pas toujours été le Jay que tu connais aujourd’hui… >>

Trop contente qu’il me parle sérieusement de lui, je reste silencieuse, toute ouïe.

-Jayden << C’est rare de te voir si sage…! >>

-Ivy << Tu n’as pas idée, parfois je peux être un vrai petit ange. Je dis bien parfois… Mais ne change pas de sujet ! >>

 

8

 

Devant ma mine empressée, il se cale un peu mieux et prend une lourde inspiration.

-Jayden << J’ai participé à certaines choses, pas toujours légales, pour me faire de l’argent facile… >>

J’essaie de rester stoïque mais un sentiment étrange s’empare de moi…

Cette confidence me donne encore plus envie de me jeter sur lui… Il faudra qu’on m’explique un jour pourquoi je craque toujours sur les mauvais garçons…

-Ivy << Qu’est-ce que t’as fait ? >>

-Jayden << Des combats clandestins. >>

-Ivy << Comme dans Fight Club ?! >>

Il me sourit tendrement pendant que je rigole nerveusement.

 

9

 

-Jayden << J’ai participé à des combats illégaux. Les types n’y vont pas avec le dos de la cuillère. On est très loin du ring tel que tu le connais, princesse… >>

-Ivy << Tous les coups sont permis…? >>

-Jayden << C’est ça… Donc j’ai passé pas mal de soirées à soigner mes blessures et… >>

Il marque un temps d’arrêt.

-Ivy << Et quoi ? >>

-Jayden << Et un jour j’ai failli y rester. J’étais à terre et le type continuait de me frapper comme un malade… >>

-Ivy << Quelle horreur !! Et comment tu t’en es sorti ? >>

-Jayden << Le boss du bar a fait embarquer le type sans ménagement. Je lui rapportais bien trop d’argent pour qu’il le laisse m’esquinter comme ça… >>

 

10

 

Mon coeur se serre lorsque je l’imagine étendu par terre en train de suffoquer sous les coups d’une brute…

-Jayden << Bref… Je suis pas fier de tout ça, je devrais même pas t’en parler. On plaisante pas avec ce genre de… d’organisation. Mais voilà… On avait trouvé un moyen de se faire un max de blé avec Bren et on se croyait plus fort que tous… >>

Bren… L’objet de notre dispute, lui, interdisant à son frère de me voir, tout me revient brutalement. Mais ce soir, tout ça me paraît tellement superficiel…

J’inspire en levant les yeux au ciel. Décidément les deux frères sont pleins de surprise…!

-Jayden << Iv, je suis sorti de tout ça… J’ai compris qu’il y a toujours un prix à payer pour l’argent facile. Mais Bren… il a encore un pied dans ces trucs-là… >>

 

11

 

Je le fixe sans rien dire, tournant et retournant la situation dans ma tête.

Comme s’il le sentait, il poursuit.

-Jayden << Je suis désolé pour… enfin tu sais… Mais tu dois comprendre… Qu’il le veuille ou non, Bren te mettra en danger un jour ou l’autre… >>

-Ivy << Ok… Je comprends pourquoi tu as fait… ce que tu as fait. Ne va pas croire que j’approuve la manière… >>

-Jayden << Je sais… Je suis désolé… Mais je tiens à toi… >>

Et merde, il me fait trop craquer… Faible chose que je suis !

Tout à coup, je réalise que c’est peut-être le moment ou jamais de lui avouer ce que je ressens, de tenter un rapprochement…

-Ivy << Pourquoi tu t’inquiètes autant pour moi…? >>

 

12

 

-Jayden << Tu le sais très bien princesse… >>

Soudain il se rapproche de moi. Je baisse les yeux, intimidée.

Il passe une main sur ma joue et relève ma tête pour venir planter ses yeux dans les miens.

-Jayden << Ce type ce soir, j’aurais pu le crever… Rien que l’idée qu’il ait posé ses mains dégeulasses sur toi… >>

Je frémis en me remémorant la scène. J’ai bien vu que Jay ne jouait pas la comédie.

-Jayden << Tu es gelée… ça va ? >>

-Ivy << Embrasse-moi…! >>

Je réalise ce que je viens de dire et je suspends ma respiration. Je crois que cette fois je peux difficilement être plus cash. Willa serait fière de moi !

Il ne dit plus rien. Mon coeur vient de rater un battement.

-Jayden << Oh et puis merde ! >>

Il attrape ma taille pour m’attirer contre lui.

 

13

 

Il bascule sur moi de sorte que mon corps se laisse doucement tomber en arrière, presque instinctivement, pour venir s’allonger sur le lit.

Ses yeux ont changé de teinte, ils sont plus sombre, plus profonds. Avec aisance, il vient se placer au-dessus de moi sans cesser de fixer mes lèvres avec une évidente gourmandise.

Il passe une main sous ma nuque. Ce contact me procure de délicieux frissons. J’inspire doucement et je me cambre pendant qu’il passe son autre main contre le bas de mon dos.

Ses lèvres se rapprochent des miennes et je ferme les yeux.

 

14

 

Lorsqu’il m’embrasse enfin, un arc de plaisir irradie tout mon corps. Comme si la chose que je réclamais depuis si longtemps m’était finalement offerte…

Je passe ma main le long de sa nuque puissante pour l’emmener à m’embrasser encore plus passionnément.

Sa langue s’insinue autour de la mienne. Son baisé devient plus empressé, plus entreprenant. Je gémis de plaisir.

Je suis complètement affamée. Affamée de lui, de ses lèvres qui me dévorent, de ses larges mains qui se pressent sur moi, de son corps qui pèse sur le mien…

Nos souffles deviennent courts, saccadés. J’ai envie de plus et je devine à son état d’excitation que lui aussi.

 

15

 

Dans l’empressement, je balance maladroitement mon bras pour enlever son tee-shirt et j’envoie valser la trousse de soin qui s’écrase bruyamment sur le sol.

Soudain, je sens une truffe froide dans mon cou. Yoogi pousse un grognement et se met à japper, ce qui coupe court à notre étreinte !

A mon grand désespoir ce qui devait arriver arriva. Jay quitte mes bras…

-Ivy << File dans ton panier Yoog ! >>

Mais cet imbécile pense que nous sommes en train de jouer et continue de nous faire des fêtes !

Pendant que je pousse mon adorable chien, Jay se lève et je le vois ajuster ses cheveux et son tee-shirt.

-Jayden << Je suis désolé… Je sais pas ce qui m’a pris… Je crois que je vais y aller… >>

 

16

 

-Ivy << Non reste ! >>

Ma voix est désespérée, frustrée, implorante. Je me lève à mon tour.

-Jayden << Je veux pas profiter de la situation… Je veux pas que tu t’imagines que je suis venu pour ça… >>

-Ivy << Tu veux pas… boire un verre avant d’y aller…? >>

Je ne sais pas quoi dire. Ce moment me paraît complètement surréaliste. Il s’approche de moi et pose un délicat baiser sur mon front.

-Jayden << Non j’y vais princesse, je crois que ça vaut mieux… Je sais pas ce qu’il pourrait se passer autrement… >>

 

17

 

Je me sens comme une enfant à qui on a enlever son jouet préféré !

-Ivy << Et alors ? Est-ce que ça serait grave…? >>

Il m’adresse un sourire qui me liquéfie. C’est trop injuste !

-Jayden << Iv, j’y vais… Repose-toi, tu en as besoin >>

 

Lorsqu’il passe la porte, je me retourne vers Yoogi.

-Ivy << Alors toi ! >>

 


  

Pff… Cette soirée était complètement dingue. Je me sens vidée… Trop d’émotions !

Je regarde mon téléphone. Je vois plusieurs messages de Willa me demandant si je vais bien. Visiblement elle s’est chargée d’appeler la police pendant que Jay prenait soin de moi.

 

18

 

Je ne sais pas si elle a distribué les rôles ainsi par hasard mais, en tout cas, j’ai deux amis en or…

Je lui envoie un message rassurant avant de me diriger vers mon lit. Cette soirée aurait pu virer au cauchemar… Je me réjouis d’avoir appris à me défendre…

 

Je pose mon téléphone pour aller m’affaler sur mon lit.

Je ferme les yeux et je dessine mentalement le chemin emprunté par les mains de mon beau brun le long de mon corps… et puis… la sensation envoûtante de son baiser…

Jamais je n’avais ressenti quelque chose d’aussi fort. C’était tellement… passionnel ! Et j’ai vraiment eu l’impression qu’il était dans le même état que moi…

 

19

 

Je suis tellement frustrée qu’il se soit arrêté… J’avais encore besoin de ses bras, j’avais besoin qu’il continue à prendre les devants. Je voulais vraiment lâcher prise, pour une fois…

Je me sens tellement épuisée que je n’ai même pas le courage d’attraper mon pyjama pour me changer, et encore moins de me lever pour me démaquiller…

Je me contente de rester là, échouée sur mon lit.

 

20

 

Je touche doucement ma joue. Je ne sens rien, la coupure est vraiment superficielle. Je m’en suis bien sortie…

J’efface rapidement l’image du sale type qui se matérialise dans ma tête. C’est quelque chose que j’ai appris à faire, avec beaucoup de pratique.

Mettre les idées noires ou les moments difficiles dans une boîte, puis l’enterrer très loin de mon esprit en espérant qu’elles ne reviennent jamais me hanter…

Peu à peu, ma respiration se fait plus calme, plus profonde et le sommeil me gagne…

 

21

 

-Jay << J’ai tellement envie de toi Iv… Depuis le premier jour où je t’ai vue… >>

-Ivy << Pourquoi tu m’envoies toujours des signaux contraires ? Pourquoi tu sembles toujours mettre de la distance entre nous…? >>

-Brenan << Tu as l’impression que je m’éloigne…? Je peux être plus près de toi… encore… beaucoup plus près… >>

-Ivy << Bren ! Mais qu’est-ce que… >>

-Brenan << Mon frère ne sait pas ce qu’il veut mais moi je peux te donner tout ce que tu désires… Tout ce que tu n’oses pas t’avouer… >>

 

22

 

-Ivy << Non Bren… C’est Jay que je veux… >>

-Brenan << Jay…? Ou peut-être que tu nous veux tous les deux… >>

Soudain le décor change et je me retrouve à côté d’un jacuzzi… Je connais ce jacuzzi…

Bren apparaît torse nu devant moi.

-Brenan << Cette fois-ci tu ne m’échappera pas… >>

 

23

 

Son regard perçant capture le mien. Un sourire charmeur se dessine au coin de ses lèvres charnues.

Comment peut-il être aussi beau et… dangereux à la fois… Subitement toute envie de lui résister m’abandonne…

Il attrape ma taille avec souplesse et me soulève pour m’asseoir. Il m’observe quelques secondes, les yeux brûlant de désir.

 

24

 

Puis ses grandes mains assurées commencent à parcourir mon corps avec douceur et fermeté à la foi. Sa langue experte se presse contre mon cou faisant monter en moi des vagues de frissons intenses.

Sa dextérité et son adresse ont raison de moi et je m’abandonne complètement à son étreinte pour sombrer dans un chaos de plaisir insensé…

 

25

 

Je me réveille en sueur dans mon lit. Je regarde le réveil, il est déjà 10h15 !

Je prends une grande inspiration en fixant mon oreillé… Putain, c’était quoi ce rêve ?!

 


  

Après une trèèès longue douche, j’ai passé la matinée à ranger l’appartement !

On ne peut pas dire que je sois une maniaque de la propreté mais m’activer à ranger les choses autour de moi m’aide à mettre de l’ordre dans ma tête !

 

26

 

Je vais être honnête avec moi-même, je me sens terriblement coupable du rêve que j’ai fait cette nuit et… de la sensation que ça m’a procuré…

J’ai même chercher sur internet comment interpréter ce rêve mais je suis rapidement tombée sur des sites pornos…!

L’idée de raconter ça à Willa m’a traversé l’esprit mais je n’ai pas fini de me faire charrier !

Alors, depuis le réveil, je suis seule avec un inconscient que j’essaie de rationaliser… Ou à défaut, de faire taire !

 

Pourtant plusieurs fois mon esprit se met à divaguer. Et si c’était très rationnel au contraire ? Et si j’avais réellement envie de flirter avec Bren ? Ou pire avec les deux frères ?

Mon coeur s’accélère et une vague de chaleur coupable s’empare de moi.

 

27

 

Il faut que je me reprenne ! Je ne peux pas avoir de telles pensées ! Quel genre de filles a ce genre de pensées, franchement !

Probablement toutes celles qui ont affaire à deux frères jumeaux ultra canons…

-Ivy << Rhaaa ! >>

Je peste à haute voix après ma conscience délurée !

Yoogi s’approche de moi en remuant la queue tout penaud. Au ton de ma voix il pense qu’il a fait une bêtise.

-Ivy << Tu sais quoi Yoog ? Je crois qu’une promenade nous fera le plus grand bien ! A toi comme à ta perverse de mère ! >>

Je laisse en plan mes projets de nettoyage, j’attache mes cheveux et j’enfile un jean pour aller au parc.

 

28

 

Yoogi tire comme un malade sur sa laisse pour aller respirer les bonnes odeurs des copains. Parfois, j’aimerais que ma vie soit aussi simple !

Quoique… l’image de moi à quatre pattes en train de renifler partout n’est pas vraiment ce que j’appelle la belle vie…! Non mais sérieux qu’est-ce qui tourne pas rond chez moi !

 

Alors que nous marchons en direction de Green Park, mon téléphone sonne. C’est Bren !

Mon coeur fait un bond. Je me déteste intérieurement… Pourquoi est-ce que je suis si excitée qu’il m’appelle, au juste ?! Ma petite voix intérieur se marre, je l’entend d’ici. Et d’ici, je la regarde de travers !

Je fixe les immeubles, hésitante. Je décroche ou pas ?

 

29

 

Après quelques secondes je décide de prendre l’appel. Le téléphone ne va pas se jeter sur moi pour m’arracher mes vêtements non plus…!

-Ivy << Salut Bren ! >>

-Brenan << Salut, comment tu vas ? >>

-Ivy << Euh… bien merci. Et toi ? >>

-Brenan << On a eu une petite discussion avec Jay hier… Et il m’a raconté ce qu’il s’est passé hier soir. Je voulais prendre de tes nouvelles… >>

-Ivy << Ah… >>

 

30

 

-Brenan << Ouais. Comment tu vas ? Il m’a dit que ce fils de pute t’a blessée… >>

Blessée est un bien grand mot. La blessure est déjà en voie de guérison.

Soudain l’image de Jay et de ses lèvres qui se rapprochent des miennes me revient à l’esprit… Puis celles de Bren dans mon rêve… Et voilà que je me sens à nouveau coupable !

-Ivy << Oui mais ça va, c’est rien du tout. C’est vraiment… gentil de… d’appeler pour prendre de mes nouvelles, Bren… >>

-Brenan << Tu fais quoi cet aprem ? T’as peut-être envie de te changer les idées ? >>

-Ivy << Oh rien… Je vais rester tranquille je pense… >>

-Brenan << Ok ! Ecoute si tu change d’avis, n’hésite pas à m’appeler ! >>

-Ivy << Euh… Ok. Merci… >>

 

31

 

-Brenan << De rien princesse… >>

J’entends des bruits de voix derrière lui.

-Brenan << Je dois filer ! A bientôt, prend soin de toi. >>

Il a déjà raccroché…

Je suis surprise qu’il prenne de mes nouvelles. Et en plus il était presque gentil… C’est bien la première fois que cet adjectif me vient en tête en pensant à lui !

 


 

Arrivée au parc je détache Yoogi et je m’assoie sur un banc. J’inspire le bon air de la nature et me laisse aller contre le dossier.

Ces derniers temps je n’ai pas eu le loisir de profiter du grand air et du soleil. J’ai besoin d’un break !

 

32

 

Yoogi furette un peu partout autour de moi puis, voyant que je n’ai pas l’intention de jouer avec lui, il se couche sagement près du banc.

L’espace d’un instant j’ai l’impression que ma vie redevient normale.

 

-<< Ivy ? >>

Je passe ma main au-dessus de mes yeux pour lutter contre le soleil et, à contre-jour, je reconnais la silhouette qui me fait face.

-Brenan << Je pensais pas te trouver là ! >>

Euh… Pourquoi je me sens si contente, au juste…?

 

33

 

-Brenan << Tu me fais une petite place ? >>

Je me pousse pour le laisser s’asseoir.

-Brenan << Y a un truc avec ce parc entre toi et moi, non…? >>

Je rigole nerveusement, il faut croire, si l’on se réfère à mon inconscient, qu’il n’y a pas qu’au parc, qu’il y a un truc…

Un petit sourire se dessine sur mes lèvres.

-Ivy << Il faut croire… >>

 

34

 

Tout à coup mon téléphone sonne.

C’est Willa, elle doit vouloir prendre de mes nouvelles.

Je décline l’appel et je lui envoie un message : « Coucou je t’appelle tout à l’heure. Bisous »

Bren me dévisage.

-Ivy << Quoi ? Tu essaies de me faire ton regard de tombeur ? >>

-Brenan << Je me disais que t’es une sacrée nana quand même ! >>

Je me mets à rire.

-Ivy << Ok ! Ca me fait plaisir de le savoir ! >>

-Brenan << Je plaisante pas. Tu t’es fait agresser hier et tu gères ça carrément bien… >>

 

35

 

-Ivy << J’ai appris à gérer les choses. Je fais en sorte que la surface du lac soit calme… et tout le reste, je le laisse couler au fond… >>

-Brenan << Faut avoir le courage de faire ce que tu as fait et de sortir avec le sourire le lendemain… La plupart des gens se tétanisent devant la peur. >>

-Ivy << Est-ce que ça t’arrive d’avoir peur ? Je veux dire en général ? >>

-Brenan << Ouais bien sûr. Parfois, j’aime la sensation que me procure le moment où je me mets en danger… Je me sens vivant, presque intouchable… tu vois ? >>

-Ivy << Oui je vois très bien… La routine, c’est l’angoisse… >>

-Brenan << Tu sais… J’ai un seul credo dans la vie… Chaque plaisir interdit vaut la peine d’être vécu… >>

-Ivy << Ouais ça sonne bien mais tu te dis pas que ton entourage peut s’inquiéter ? Regarde ton accident. Tu aurais pu te tuer… >>

 

36

 

-Brenan << Peut-être… Mais regarde, je vais bien. Je maîtrise ce que je fais. >>

-Ivy << On ne maîtrise jamais les autres ou l’imprévu… >>

-Brenan << Je vais te dire un truc ma belle. Si c’est dans ma bagnole que la faucheuse me prend, dis-toi qu’au moins je serais heureux quand ça arrivera… >>

-Ivy << Tu peux pas parler comme ça ! >>

-Brenan << Pourquoi pas ? >>

Il se tourne vers moi, le regard brillant. Il paraît passionné par la conversation que nous avons.

-Brenan << Je veux dire, ça sert à quoi de vivre si je fais pas les choses qui me font vibrer ? J’ai pas envie d’avoir une vie bien rangée. Personne me mettra dans une de leur tours de verre ! >>

-Ivy << On ne vit pas uniquement pour soi ! On vit aussi pour ceux qu’on aime ! Tu penses pas à Jay ? Tu crois qu’il était dans quel état à l’hôpital ?! >>

 

37

 

Son visage se ferme.

-Brenan << Ne prends pas mon frère pour ce qu’il n’est pas ! Il aime autant le danger que moi… >>

Je le fixe un instant alors que son regard se perd au loin.

-Ivy << Pourquoi c’est comme ça entre lui et toi ? Qu’est-il arrivé à la… tornade Hudson ? >>

Il se tourne négligemment vers moi, un sourire en coin.

-Brenan << La curiosité est un vilain défaut… >>

-Ivy << Tu t’es assis sur mon banc, non ? Ici c’est mon territoire, donc ce sont aussi mes questions. Si ça te va pas, tu peux partir ! >>

 

38

 

Il éclate d’un rire franc.

-Brenan << Ah ah ! Tu manques pas de caractère toi… Je devrais dire à mes gars de prendre exemple sur toi ! Y’en a pas un qui aurait le cran de me parler comme ça ! >>

Soudain des cris d’enfants viennent interrompre notre conversation. Un glacier vient d’arriver.

Je passe la tête par-dessus mon épaule, les yeux plein d’envie.

Lorsque je me retourne vers Bren il s’est déjà levé et fait ses poches.

-Brenan << Je vais t’en chercher une. Tu la veux à quoi ? >>

-Ivy << Un cornet à la framboise s’il te plaît ! >>

 

Pendant qu’il va chercher les glaces, je tente de me recentrer.

 

39

 

Je ne sais pas trop ce que je suis en train de faire… Je ne sais pas si ce moment est vraiment innocent…

 

Lorsque Bren revient, il n’a qu’un cône dans la main.

-Ivy << T’en prends pas ? >>

-Brenan << Non, il avait pas le parfum que je voulais… >>

Je lève les yeux au ciel pendant qu’il s’assoit à nouveau à mes côtés et me tend la glace.

-Ivy << Sérieusement ? Parmi tous les parfums qu’il se trimballe, t’as pas trouvé le parfum qu’il te faut ? >>

-Brenan << Je suis très difficile. Surtout quand je sais exactement ce que je veux… >>

Je lui lance un regard en coin en léchant ma glace. Je commence à être habituée à ses sous-entendus. A force, ça devient un jeu.

-Ivy << Va pas t’imaginer des trucs parce que je me laisse offrir une glace…! >>

 

40

 

Il s’appuie sur les coudes et regarde droit devant lui, un sourire coquin sur le visage.

-Brenan << Ouais. Je sais, je sais… Il me faudra en faire un peu plus pour avoir du concret avec toi… >>

-Ivy << Tu sais, c’est vraiment dommage… Parce que, l’espace d’un instant, j’étais en train de me dire qu’en fait, sous tes airs de macho super lourd, tu cachais quelqu’un d’adorable… >>

Il me dévisage, une main sur le coeur et les yeux rieurs.

-Ivy << Ouais enfin, c’était furtif, l’espace d’un instant, t’emballe pas non plus ! >>

-Brenan << Adorable… Moi… ? >>

 

41

 

Il part dans un fou rire.

Son rire devient communicatif et, devant le ridicule de la situation, je ne peux pas m’empêcher de pouffer à mon tour en levant les yeux au ciel.

Je lape une nouvelle fois ma glace en laissant échapper un soupir d’exaspération.

Bren tourne la tête vers moi, ses yeux descendent jusqu’à mes lèvres.

-Ivy << Quoi ? >>

Il se penche vers moi et avec le bout de son pouce il essuie le bord de ma bouche.

Cette proximité avec lui ne me laisse pas indifférente et je me déteste de réagir de cette façon. Mon souffle vient de se couper et mon coeur a accéléré.

 

42

 

-Brenan << Tu as un peu de glace là… >>

Et sans quitter ma bouche des yeux il glisse son pouce entre ses lèvres.

Merde, ce geste est outrageusement sexy ! Mon rêve me revient à l’esprit et je crois que je rougis comme une tomate !

Mes yeux ne cessent de fixer ses lèvres sensuelles… Qu’est-ce qui m’arrive là bordel ?!

-Ivy << Ne fais pas ça… >>

Soudain la sonnerie de son portable nous interrompt. Dieu merci !

J’essai de retrouver un semblant de contenance pendant qu’il fouille sa poche, sensiblement agacé.

-Brenan << Désolé, je dois prendre cet appel… >>

 


 

43

 

Ce soir j’ai proposé à Willa de me rejoindre à la maison pour une soirée entre filles. Je suis passé faire les courses sur le chemin du retour.

Alors que j’installe une assiette à grignoter sur la petite table de mon salon, on tape à la porte.

Je fais un signe d’avertissement à Yoogi pour qu’il reste où il est pendant que j’ai le dos tourné. Evidemment j’ai droit à son habituel petit air innocent.

 

J’ouvre la porte.

-Willa << Coucou ma biche ! >>

Willa m’attrape dans ses bras et me serre contre elle.

 

44

 

-Willa << Je suis contente de te voir !! Tu sais que tu m’as fait une belle frayeur l’autre soir ! >>

Je tapote doucement son dos.

-Ivy << T’inquiète, je vais bien. C’est du passé maintenant ! >>

-Willa << Les videurs du Starlight m’ont aidée à garder à l’oeil ton agresseur pendant que j’appelais les flics… Je peux te dire qu’il la ramenait pas, ce gros trou du cul ! >>

Je souris en pensant à mon amie en train de fusiller du regard ce pauvre type. Je sais à quel point elle peut se montrer détestable !

-Ivy << Allez viens t’asseoir ! Ne parlons plus de tout ça ! >>

Comme à son habitude, Yoogi se précipite aux pieds de mon amie pour lui faire la fête.

 

45

 

-Ivy << Ce chien est un véritable boulet…! >>

-Willa << Mais non ! Il est trop choupinet ! Pas vrai Yoog que t’es trop chou ?! >>

-Ivy << Mouias ça dépend… L’autre fois il a interrompu un truc méga hot entre Jay et moi ! >>

Je réalise que j’ai parlé trop vite, comme à mon habitude !

Elle lève la tête vers moi, la mine interrogative. Je suis foutue…

-Willa << Mademoiselle Hoods… Il va me falloir un verre ! >>

-Ivy << Mais tout de suite très chère ! >>

Je lui apporte un verre de vin et je m’installe en face d’elle. Je sais que je vais avoir droit à l’interrogatoire…

 

46

 

-Willa << Merci ! Alors…? Raconte ! C’est quoi le truc super hot interrompu…? Que je sache si je renie Yoogi tout de suite ou pas ! >>

Ce dernier nous regarde avec amour, complètement inconscient de ce qu’il se dit sur lui.

-Ivy << Bah… Le soir où Jay m’a ramenée à l’appart après l’agression, il m’a soignée et euh… ça a un peu dérapé. On s’est littéralement sauté dessus ! >>

-Willa << Oh merde !! >>

-Ivy << C’était un truc de ouf… J’ai jamais été embrassée comme ça… Je te dis pas dans quel état j’étais lorsqu’on a été interrompu par cette grosse boule de poils qui croyait qu’on jouait…! >>

Elle regarde Yoogi amusée.

-Willa << Yoog t’es officiellement un petit boulet ! >>

Il se contente de la regarder en remuant la queue.

 

47

 

-Willa << Ce soir là je lui ai dit de tout à Jay quand tu es sortie de la boîte… Mais il avait l’air dans tous ses états. Je te le dis, il est mordu, c’est certain…! >>

-Ivy << Sérieux ? >>

-Willa << Mais oui ! Je lui ai dit qu’il savait pas ce qu’il voulait ! Et qu’en plus il me mettait en porte-à-faux à être venu comme ça ! Je te promets que je l’avais pas invité ! >>

-Ivy << Sur le coup, j’étais tellement énervée après lui, que je suis partie comme une furie… Je suis désolée, j’ai cru que t’avais arrangé ça… >>

-Willa << T’inquiète ma poulette, j’ai bien compris que c’était pas après moi… >>

Je souffle, le regard perdu dans le vague.

-Willa << Bon… Vous avez passé une étape ! Comment Jay a réagi ? Il s’est passé quoi après ? >>

 

48

 

-Ivy << Comme d’habitude, il a fuit ! Il a prétexté qu’il voulait pas profiter de la situation… >>

-Willa << Wow ! Je savais que c’était un mec bien, mais là t’es carrément tombée sur une perle ! J’en connais plus d’un qui aurait profité de la situation justement ! >>

-Ivy << Ouais… mais ça m’aurait pas déranger moi qu’il profite de la situation ! >>

La vie est injuste…

-Willa << Fais pas cette tête ! Les gentlemen, ça courre pas les rues de nos jours ! >>

-Ivy << Ouais… C’est facile de dire ça ! Mais t’as pas vu mon état quand il m’a laissée toute seule… J’ai fait un rêve très… enfin tu vois quoi ! >>

Elle se met à rire.

-Ivy << C’est pas drôle ! Surtout que j’ai pas rêver que de lui… Y avait son frère aussi… >>

 

49

 

Elle me dévisage, comme si je venais de lui faire une révélation de dingue !

-Willa << Comment ça son frère ? >>

-Ivy << Je sais ce que tu vas me dire. Mais c’est juste un rêve ok ? En fait ça commençait avec Jay, et puis… ça finissait avec Bren… >>

Elle reste complètement interloquée.

-Ivy << Arrête de faire cette tête ! Déjà que je culpabilise comme pas possible… >>

Tout à coup, elle éclate de rire et renverse un peu de vin sur ses genoux.

-Willa << Ah ah ah !! Merde ! Sans déconner ! Je savais que tu étais une petite coquine mais là… Les deux…? Sérieusement ?! C’était torride ou bien ? >>

-Ivy << Mais arrête !! >>

-Willa << Ah ah ! C’est bon, c’est juste un rêve ! T’as revu Jay depuis ? >>

 

50

 

-Ivy << Non mais… >>

Je baisse le regard comme le ferait une petite fille qui avoue une bêtise.

-Ivy << Mais j’ai croisé Bren et… >>

-Willa << Ah ah ah !! Et tu lui as dit quoi ? « Oh tient, salut Bren, ça te dirait un plan à trois…? » >>

-Ivy << Willa !! >>

-Willa < Oh ça va je plaisante !! Tu ressens quelque chose pour ce mec ? >>

-Ivy << Bien sûr que non ! C’est Jay qui me plaît ! >>

-Willa << Bah alors ! Te prends pas la tête avec ça ! On a le droit d’avoir des fantasmes, et encore plus dans nos rêves… ça n’engage à rien ! >>

Je la fixe, peu convaincue.

 

51

 

-Willa << Faut juste que tu sois patiente… Je pense que tu voudrais que Jay soit aussi entreprenant que son frère, alors tu as intégré Bren à ton rêve… >>

-Ivy << Oui peut-être… >>

-Willa << Mais c’est sûr ! Je sais pas pourquoi Jay est si… indécis, y a sûrement quelque chose qui nous manque pour comprendre. Mais une chose est sûr, tu lui plais ! >>

-Ivy << Tu sais j’ai appris qu’il a aussi traîné dans des trucs louches avec Bren et… il a fini par se ranger. >>

-Willa << Des trucs louches ? >>

-Ivy << Ouais des choses illégales… >>

-Willa << Qui t’a dit ça ? Bren ou lui ? >>

-Ivy << Jay me l’a dit… >>

-Willa << C’est sûr qu’il y a pas mal de choses un peu lourdes entre eux… Mais j’ai le sentiment que Bren essaie de t’entraîner sur un mauvais chemin… >>

 

52

 

-Ivy << Mais peut-être que justement j’en ai ras le bol d’être la fille raisonnable ! La fille qui ne fait jamais de vagues parce qu’elle a peur de ce que les autres en penseraient ! >>

-Willa << Je sais pas… Moi je trouve que t’es une fille géniale. Tu es mon exemple ! >>

-Ivy << Pff… Un exemple ? Dis pas n’importe quoi…! >>

-Willa << Je dis pas n’importe quoi ! Tu es quelqu’un de posé, de réfléchi… Tu crois que je suis heureuse moi, à changer de mec comme on change de chaussettes ?! Si j’avais la chance de vivre une belle histoire d’amour, je la gâcherais pas… >>

Elle semble émue et attrape son verre pour me le tendre.

-Willa << Bref ! Ressers-moi, va ! >>