Après avoir félicité Kenan pour son concert, je suis sortie prendre l’air.

S’il n’est pas loquace au bureau, je dois dire que je l’ai redécouvert ce soir.

Il avait vraiment la classe sur scène… Comme s’il était lui-même.

 

J’inspire l’air du soir en fermant les yeux.

 

1

 

Pendant tout le concert j’étais perturbée.

Entre Brenan et Jayden qui s’envoyaient des regards noirs, je me sentais au milieu d’un combat de coqs.

 

J’aurais aimé que Jay me parle un peu plus de son frère…

Mais finalement, je ne sais pas grand chose de lui.

Il blague toujours, mais il est rarement sérieux lorsqu’il s’agit de parler de lui.

 

2

 

Jay sort quelques minutes plus tard, pendant que je commence à tapoter un message à Willa.

Il m’interrompt avant que je puisse finir.

-Jayden << Déjà sur ton téléphone princesse ? >>

-Ivy << Ouais, j’appelle un taxi. >>

Cela le fait taire. Ben ouais, tu te souviens ? Tu m’as laissée en plan avec ton excuse bidon.

 

3

 

-Jayden << Désolé je… >>

-Ivy << T’as pas à être désolé Jay. >>

Mon ton est froid et cassant. Je me retiens de lui vomir tout ce que j’ai sur le coeur.

 

Brenan passe devant nous, lançant un regard complice dans ma direction.

Il s’arrête et sort de sa poche un trousseau de clès.

 

4b

 

Lorsqu’il appuie sur le petit boîtier noir orné d’un cheval, je vois les phares d’une voiture clignoter juste devant l’allée.

Jay lève les yeux au ciel et moi je suis complètement hallucinée.

Il ne s’agit pas d’une voiture classique mais d’un véritable bolide !

La ferrari rouge qui nous fait face est tout simplement magnifique. Sa ligne est sportive, élégante et presque menaçante.

 

5

 

Je ne dis rien, je préfère éviter de tomber dans le cliché de la fille qui craque pour les mecs qui se trimbalent en voiture de sport.

-Ivy << Il fait quoi dans la vie ton frère pour se payer une bagnole pareille…? >>

J’ai parlé doucement, entre mes dents, à l’intention de Jay, sans quitter la voiture des yeux. Mais celui-ci semble ignorer ma remarque.

 

-Brenan << Je te ramène Ivy ? >>

-Ivy << Je… Euh… >>

 

6

 

Je suis prise de court, je ne suis jamais montée dans ce type de voiture et je dois dire que je suis assez stupéfaite que Bren en possède une.

-Ivy << Je sais pas, je crois que je vais appeler un taxi. >>

-Brenan << T’inquiète pas, je ne suis pas un psychopathe ! Je peux même être un gentleman ! >>

Brenan me fait un clin d’oeil entendu et je lui souris.

 

7

 

Je sens Jay se tendre à côté de moi.

Après tout, si ça le dérange, il lui suffirait de dire qu’il me ramène. Au lieu de ça, il ne dit rien.

 

Je me tourne vers Jay dont le beau visage est crispé.

J’ai un petit pincement au coeur.

-Ivy << A demain Jay ! >>

 

8

 

Je lui fais un bisou sur la joue.

Je crois qu’il marmonne un « super… » puis je me retourne vers Bren qui m’accompagne jusqu’à sa voiture.

Perfide vengeance quand tu nous tiens !

 

J’entends Brenan marmonner quelque chose à son frère avant de refermer la porte.

Je ne comprends pas ce qu’ils se disent, mais je vois le visage de Jay changer d’expression.

 

9

 

Lorsque Brenan referme ma portière, l’odeur du cuir envahit mes narines.

L’habitacle est magnifique, spacieux… Le brillant du chrome contraste avec le mat du cuir noir des sièges.

Je me cale confortablement contre le fauteuil baquet pendant qu’il fait le tour pour occuper le siège du conducteur.

 

10

 

Soudain j’angoisse. Après tout, même si c’est le frère de Jay, je ne le connais pas… Bon, en même temps, je ne vois pas ce qu’il pourrait tenter alors que son frère est au courant.

-Brenan << Excuse-moi je dois passer un appel avant de partir. >>

Je lui fais un signe de tête et il branche son mobile à la voiture.

Je détourne les yeux et je croise les mains sur mes genoux dénudés, un peu gênée par cette proximité nouvelle avec Bren.

 

-Brenan << Ouais mec c’est moi. Je suis occupé. Règle l’histoire. Ouais comme d’habitude. >>

 

11

 

Il termine son appel et soulève d’un geste précis et rapide le petit clapet rouge qui se trouve sur l’installation centrale, entre nos deux sièges.

Il fait doucement glisser son doigt sur le petit bouton estampillé du cheval, comme une caresse, et un sourire en coin se dessine sur ses lèvres.

 

-Ivy << Tu fais quoi dans la vie ? >>

-Brenan << Oh ? Mademoiselle s’intéresse à moi finalement…? >>

-Ivy << Pas du tout. Je me demande comment tu peux te payer une bagnole pareille ! C’est tout. >>

-Brenan << Ah ah ! Toujours aussi cash ! Il va falloir que je te dompte… >>

 

12

 

Je me tourne dans sa direction.

Clairement, ce n’est pas gagné pour lui !

 

-Brenan << J’ai monté un business d’import export… Alors l’argent, c’est pas trop un problème. Je suis un passionné de belles bagnoles. Les belles choses, c’est ma faiblesse… >>

Lorsqu’il pose les yeux sur son volant, il ressemble presque à un gosse à qui on a offert le plus beau des cadeaux.

-Ivy << D’import export dans quoi ? >>

-Brenan << T’as vraiment envie de parler business là ? Qu’est-ce que tu dirais qu’on fasse grogner la bête plutôt ? >>

 

13

 

Je place mes deux mains sur le côté de mon siège comme si je m’apprêtais à subir le décollage d’une fusée.

Quelque chose me dit que Bren a une conduite sportive.

Lorsque le moteur démarre, je n’arrive pas à retenir un « wow ! ».

Le bruit qui s’en dégage a quelque chose de profond, sauvage, presque d’indomptable.

 

-Brenan << Eh oui bébé… >>

Je fais rouler mes yeux dans la direction de Bren dont le regard pétille.

 

14

 

-Ivy << Tu n’arrêtes jamais en fait ? >>

-Brenan << Abandonner n’est pas dans mon vocabulaire ! >>

-Ivy << Tu sais, il y a pourtant des causes perdues ! >>

Il éclate de rire.

-Brenan << Tu me plais vraiment toi… Allez fini de rigoler. Accroche-toi ! >>

 

Tout à coup je me sens littèralenent propulsée contre mon siège.

Je suis tellement collée par la force du démarrage que j’ai presque du mal à redresser la tête.

 

15

 


 

Lorsque nous arrivons dans ma rue, il éteint le moteur et sort de la voiture pour m’ouvrir la portière.

 

-Brenan << Voilà princesse. >>

-Ivy << Merci ! Même si je me suis agrippée au siège et que tu t’es arrangé avec quelques feux…! >>

 

16

 

Je ne sais pas trop ce que je dois faire. Lui dire au revoir, lui faire la bise.

Je tripote ma robe, mal à l’aise.

 

-Brenan << J’aimerais beaucoup te revoir. >>

-Ivy << Je crois pas que Jay apprécierait… >>

 

17

 

-Brenan << Mais toi, tu apprécierais ? >>

Il penche sa tête sur le côté. Lorsqu’il n’a pas cet air supérieur, je dois bien avouer que je retrouve un peu de la douceur de Jay sur son visage…

Un gloussement nerveux s’échappe de ma bouche.

-Brenan << Tu es irrésistible quand tu souris. >>

Je lève des yeux amusés vers lui.

 

18

 

-Ivy << Tu en fais peut-être un peu trop non ? >>

-Brenan << Non, tu es vraiment très belle. D’ailleurs… >>

Je le vois attraper son mobile et tapoter dessus. D’ailleurs quoi ?

-Brenan << Un ami à moi, un rappeur assez connu ici, va bientôt tourner un clip. J’aimerais vraiment que tu viennes au casting. >>

J’éclate de rire ! Moi ?! Dans un clip de rap ?!

-Ivy << Ok. Tu te moques de moi, c’est ça ? >>

 

19

 

-Brenan << Non pas du tout. J’aimerais beaucoup que tu y réfléchisses, ok ? >>

-Ivy << Euh… Ok. >>

-Brenan << Je te donne mon numero pour me tenir au courant de ta décision ? >>

-Ivy << Euh… D’accord. >>

Après tout, ça n’engage à rien. Je récupère le sien, il ne récupère pas le mien. Jusque là, tout va bien.

 

-Brenan << Je te raccompagne ? >>

 

20

 

-Ivy << Euh, non merci ça ira… >>

-Brenan << A bientôt alors ma belle. >>

Avant que je ne réponde, il dépose un baiser sage sur ma joue.

Ce geste est loin de me laisser indifférente. Et je reste un peu plantée comme un piquet, les bras ballants.

Il me fait un geste de salut avec son index, puis disparaît dans son bolide.

 


 

21

 

Ce matin, je viens de me réveiller avec la truffe froide de Yoogi contre mon cou et quelques léchouilles baveuses pour agrémenter le tout…

Je regarde le réveil, une lueur d’espoir dans les yeux, mais non, c’est bien l’heure !

 

Je m’étire de tout mon long. Evidemment, hier soir, j’ai mis un temps fou avant de trouver le sommeil…

 

22

 

Entre ma pseudo dispute avec Jay, ma rencontre avec Brenan et sa proposition des plus déroutantes, il m’était impossible de passer mon cerveau en mode off.

 

Dans la douche, je médite sous le jet d’eau chaude.

Tourner dans un clip ? Moi ?… Jamais je n’aurais imaginé qu’on pourrait me faire une proposition pareille.

Je me sens vraiment excitée par tout ça et, en même temps, j’ai le sentiment étrange que Brenan n’est pas un homme comme les autres.

 

23

 

Enfin, je veux dire… C’est comme s’il dégageait quelque chose de… dangereux. Un peu comme sa voiture.

 

Je prends mon petit déjeuner devant le journal télévisé du matin. Je me demande parfois où il vont chercher les sujets. Parler avec passion de « la fête de la saucisse », je salue l’effort.

 

24

 

Comme à son habitude, Yoogi me fait les yeux doux pour qu’une petite tranche de pain tartinée tombe par terre.

Je lui lance un petit morceau de pain avec un peu de confiture.

-Ivy << Pourquoi ce n’est pas pareil pour nous les humains ? Juste à faire les yeux doux pour que les choses nous tombent du ciel ! >>

 

Je me déplace vers la salle de bain pour faire ma toilette et, tout en me brossant les dents, mes pensées dérivent vers Jay…

 

25

 

Après avoir sorti Yoogi, je me dirige vers le bureau. Il fait beau aujourd’hui, alors j’en profite pour marcher sans trop me presser.

Il y a toujours de l’effervescence dans les rues de la ville. Tôt le matin, tout le monde s’affaire. Les gens partent travailler, les commerçants nettoient leur devantures et le bal des taxis bat son plein.

Je regarde machinalement mon téléphone, je vois un message de Willa.

 

26

 

« Coucou poulette ! Alors ce concert ! Va falloir que tu me racontes ! On déjeune ensemble ce midi ? Bizzz »

Tout en marchant, j’envoie mon message : « Oui ! Plein de choses à te raconter… Chez Felipe, 12h30 ? »

Chez Felipe c’est notre restaurant italien attitré. C’est Gaël qui me l’a fait découvrir. Il connait toujours les bonnes adresses de la ville.

 


  

Lorsque j’arrive au travail, je croise Willa qui me fait un grand sourire et dessine avec ses lèvres un oui silencieux.

 

27

 

Parfois je me demande comment elle fait pour toujours être aussi souriante avec tout ce qu’elle doit gérer en même temps !

 

Jay est déjà là, en train de s’installer. Il s’avance pour me faire la bise.

-Jayden << Salut princesse ! >>

-Ivy << Salut Jay ! >>

Je ne sais pas trop comment engager la conversation, on s’est un peu quitté en froid hier soir…

Il s’installe devant son écran. Je sens bien qu’il veut me demander quelque chose.

 

28

 

-Jayden << Tu es bien rentrée hier soir ? >>

Nous y voilà.

-Ivy << Oui très bien. >>

Il se penche contre son siège et me dévisage.

-Ivy << Jay, si tu veux savoir si Brenan s’est bien conduit, il te suffit de demander ! >>

-Jayden << Je le connais, je sais qu’il n’a rien tenté. Pas encore. Sinon je ne t’aurais sûrement pas laissé partir avec ! >>

 

29

 

-Ivy << Comment ça, pas encore ? >>

-Jayden << Bientôt il va te sortir le grand jeu ! Enfin… Mademoiselle avait l’air déjà toute excitée par la grosse bagnole ! >>

-Ivy << Oh ? Peut-Être que tu as un complexe de taille ? >>

Il éclate de rire mais je sens bien que ce n’est pas que de la rigolade…

-Jayden << Tout va bien de ce côté là princesse… >>

Je rougis sensiblement à cette remarque, repensant aux allusions salaces de Willa à ce sujet…

 

30

 

-Ivy << Je suis peut-être une adolescente surexcitée mais, en attendant, il m’a proposé d’apparaître dans un clip de rap… >>

Soudain le visage de Jay se ferme. Il se lève rapidement et m’invite à le suivre en salle de pause.

Qu’est-ce qui lui prend tout à coup ??

 

Il s’arrête et se plante devant moi.

-Ivy << Attends, qu’est-ce qui te prend là ? >>

-Jayden << Tu ne vas pas accepter ça ? >>

 

31

 

-Ivy << Je sais pas encore… Je me suis pas décidée… >>

Il passe sa main dans ses cheveux en marmonnant quelque chose.

-Jayden << Ecoute Ivy, Brenan n’est pas fréquentable, d’accord ? >>

Mais qu’est-ce qu’il a soudain à me prendre la tête sur mes fréquentations ! Il ne veut pas comprendre mes avances, il me laisse en plan, alors pourquoi il me ferait la leçon ?!

-Ivy << Tu vas pas me faire le cliché du frère jaloux quand même ? >>

Son visage se déforme. Mince… Je ne voulais pas le blesser.

 

32

 

-Jayden << Je préfèrerais que tu évites de côtoyer ses… amis, c’est tout. Ce n’est pas le même monde que le tien, tu ne parles pas leur langue. >>

-Ivy << Oh et qu’est-ce que tu connais de mon monde ? >>

Le ton est monté d’un cran.

-Jayden << Ivy, tu joues la dure, la femme forte, mais toi et moi on sait très bien ce que tu cherches. >>

Moi je sais, toi tu ne sais pas…

J’ai envie de lui crier que j’ai besoin qu’il me voit autrement que comme une amie et que je fais tout pour qu’il le remarque. 

 

33

 

Ce serait le moment idéal, le moment où pour une fois il est sérieux !

-Ivy << Jay, je… >>

-Jayden << Tu sais c’est facile pour Brenan de se la péter dans sa belle voiture. C’est facile quand on traîne dans ce genre de milieu… >>

-Ivy << Quoi ? >>

-Jayden << Moi, c’est sûr, j’ai une vie plus modeste. La seule chose où je me suis fait plaisir, c’est sur ma bécane. Mais au moins, je fais plus de conneries. Je pensais que t’étais pas le genre de nana à craquer pour ces types-là. >>

 

34

 

-Ivy << Le genre de nana…? >>

-Jayden << Ouais… Bon. Tu sais quoi ? Laisse tomber. Fais ce que tu veux. Toute façon tu feras à ton idée, comme d’habitude ! >>

J’ai l’impression d’être soudain la pire des imbéciles ! Mon petit coeur vient de tomber par terre et j’ai les larmes au bord des yeux lorsque Jay repart tristement vers le bureau.

 


  

Avec Jay nous nous sommes boudés toute la matinée suite à notre dispute.

A midi, j’attends Willa dehors, j’avais besoin de prendre l’air !

 

35

 

J’aperçois la crinière blonde de mon amie.

-Willa << Hey ! >>

-Ivy << Salut ! >>

-Willa << Ca va ? T’as une petite mine. >>

-Ivy << Je te raconterai ! On y va ? >>

Nous nous mettons en marche et je la vois tapoter sur son téléphone en souriant. Je me demande ce qu’elle mijote encore.

 

36

 

Lorsque nous entrons dans le restaurant, Felipe nous installe avec son entrain habituel et ses « bellissima !! » chantants.

-Willa << Bon alors cette soirée ? >>

-Ivy << Figure-toi que j’ai rencontré le frère de Jayden… >>

-Willa << Oh ? >>

-Ivy << Ouais. Et le plus dingue c’est que c’est le même gars que j’avais rencontré au parc… Tu sais le type des minous… >>

-Willa << Nooon ?! C’est pas vrai !! >>

 

37

 

-Ivy << Du coup t’imagine ma tête lorsqu’il m’a dit « Alors le fameux collègue c’est mon frère ? »… ! >>

Oui, pendant la soirée où je lui ai tout raconté, j’ai eu le temps d’expliquer à Willa ce qu’il s’est vraiment passé ce jour là au parc.

-Willa << Wow… J’aurais aimé voir ça ! >>

-Ivy << Dis donc, t’es censée me soutenir ! >>

-Willa << T’as géré ça comment ? >>

-Ivy << Ca va, il a tenu sa langue. En fait il a été plutôt cool, si je mets de côté ses blagues un peu lourdes. >>

-Willa << En même temps, c’est le frère de Jay… >>

-Ivy << Ouais frère jumeau qui plus est ! >>

 

38

 

-Willa << Ah bon ?… Mais quel cachotier ce Jay ! Je savais qu’il avait un frère mais pas un frère jumeau… Il lui ressemble beaucoup ? >>

-Ivy << Pas vraiment… Physiquement oui, ils ont le même visage, mais ils ont deux styles différents. Et niveau caractère, rien à voir… >>

-Willa << Ok donc maintenant tu vas devoir choisir entre deux beaux gosses ! Haha ! >>

-Ivy << Arrête, c’est pas drôle… Bren me fait carrément du rentre-dedans… Il m’a ramenée… dans sa… ferrari… >>

Willa me fixe, hallucinée.

-Willa << Pardon ? >>

 

39

 

-Ivy << Ouais, je me fais raccompagner en ferrari moi ! >>

-Willa << Non mais toi ! Et… il s’est rien passé de plus ? >>

-Ivy << Bien sûr que non ! Et ce matin je me suis disputée avec Jay… >>

-Willa << A cause de la ferrari ? >>

-Ivy << Y a un peu de ça… Mais c’est surtout que Bren m’a proposé de faire un casting pour participer au tournage du clip d’un de ses potes rappeur. >>

-Willa << Trop bien !! Enfin je veux dire pour le clip… Tu vas le faire ? >>

-Ivy << Je sais pas encore… >>

 

40

 

-Willa << Et quel rapport avec Jay ? >>

-Ivy << Il m’a fait une scène comme quoi son frère n’est pas fréquentable, et il s’est fâché… >>

Willa se cale, pensive, contre la dossier du siège.

-Willa << Tu veux que je te dise. Il est jaloux, le p’tit Jay ! >>

-Ivy << Tu crois ? >>

-Willa << Carrément. Il doit se sentir en danger. Son frère qui arrive, qui te sort le grand jeu… >>

 

41

 

-Ivy << Enfin bref ! Ce matin, c’était pas la super ambiance ! >>

-Willa << Mais ça lui passera ! Avec son frère dans la course, ça pourrait le faire bouger… >>

-Ivy << Je sais pas, j’espère ne pas avoir tout gâché… >>

-Willa << Mais non ! Arrête un peu de dramatiser ! Ce soir, tu vas lui taper dessus, vous n’avez qu’à régler vos comptes sur le ring… ou dans la douche…! >>

-Ivy << Ouais… ça j’aimerais bien…! >>

Nous éclatons de rire. J’aime me confier à Willa, elle voit toujours du positif dans les choses et, généralement, nous finissons toujours par rigoler !

 

42

 


 

J’ai suivi les conseils de Willa, rien de mieux pour évacuer mes tensions que de taper dans quelque chose !

Je balaye la salle du regard mais je n’aperçois pas Jay.

Pas grave, je vais taper dans un punching-ball. D’un côté c’est mieux.

 

43

 

Pendant que je m’échauffe je n’arrive pas à me sortir de l’esprit la dernière réflexion de Jay, « le genre de nana à craquer pour ces types-là ».

D’un, je ne craque pas pour Brenan, et de deux je n’appartiens pas à un type de nanas…

J’envoie le premier coup dans le sac. Tous mes muscles se tendent et la force du choc est telle qu’une douleur irradie tout mon biceps.

Je suis tellement déçue que Jay me parle comme ça ! Et tellement énervée contre moi d’avoir peut-être gâché mes chances avec lui !

 

44

 

Je tape encore une fois, quitte à me faire mal… En réalité je m’en fous de me faire mal. J’ai l’impression de le mériter !

Il veut me protéger ? Vraiment ?

Je tape encore une fois, cette fois avec le tibia. Le sac se retrouve projeté en arrière. Je fais une pirouette et le refrappe de plus belle lorsqu’il revient vers moi.

-<< Wow ! >>

Je me retourne, prête à envoyer un autre coup.

 

45

 

-Jayden << Doucement princesse ! >>

Mon coeur fait un bond !

-Jayden << Je savais pas que tu venais ce soir… >>

-Ivy << Moi non plus ! Je me suis décidée cette aprem. J’ai des trucs à évacuer… >>

-Jayden << Bobby a pris cher, le pauvre…! >>

-Ivy << Bobby ? >>

-Jayden << Ouais, il a une tête à s’appeler Bobby tu trouves pas ?! >>

Jayden fixe le punching-ball.

 

46

 

-Ivy << Euh… >>

-Jayden << Ecoute… Pour ce matin… J’voulais m’excuser. >>

Ah ! Mes bras se détendent presque tout seuls, comme si cette simple phrase apaisait toutes mes tensions, d’un coup.

-Jayden << J’avais pas à te parler comme ça… Bren… Enfin… Si tu veux faire ce clip… si ça te fait plaisir… fais-le. J’ai pas à te dire quoi que ce soit. >>

-Ivy << Jay… C’est bon… >>

Et merde, il est trop craquant…

 

47

 

Nous nous regardons un instant, sans rien dire.

Je rêverais qu’il me prenne dans ses bras, là, tout de suite ! Qu’on fasse le câlin de la réconciliation…

 

-Jayden << Promets-moi juste d’être prudente, ok ? >>

Je lui montre Bobby et lève un sourcil.

-Jayden << Ouais… Je veux dire, Bren est dans son monde, il se rend pas toujours compte du danger… >>

 

48

 

-Ivy << Jay on parle d’un rappeur, pas d’un gangster ! >>

-Jayden << Ouais… >>

Nous sommes interrompus par un jeune qui vient chercher Jay pour son entraînement.

Ce dernier me fait un geste d’au revoir pendant que le garçon le tire par le bras pour l’emmener sur le ring.

 


 

Après ma séance de sport, je suis sortie pour Yoogi. Le pauvre reste toute la journée enfermé…

Pendant qu’il s’en donne à coeur joie, j’envoie un texto à Willa : « Tu avais raison il est revenu… Il s’est même excusé »

 

49

 

En remettant le portable dans ma poche, je lève le nez au ciel. Mince j’ai senti une goutte.

Soudain mon téléphone vibre, ce doit être Willa.

« Eh oui, j’ai toujours raison !! »

Je rigole toute seule. En matière de mecs, c’est vrai qu’elle a rarement tort !

 

50

 

Tout en marchant, je décide d’envoyer un texto à Brenan : « Je suis partante ;-) Ivy »

Mon coeur s’emballe un peu lorsque j’envoie le message. Pour une fois, j’ai envie de me lâcher un peu !

En réalité j’ai l’impression qu’avec Bren, je vais être amenée à vivre des trucs un peu dingues…

 

Soudain un éclair déchire le ciel et le tonnerre claque si fort que j’en sursaute !

Yoogi se précipite à mes pieds, la queue basse.

A vrai dire j’adore l’orage ! Je ne sais pas pourquoi… Ce petit côté inquiétant, les éléments qui se déchaînent au-dessus de nos têtes.

 

51

 

Je glousse toute seule, il faut croire que j’aime bien le danger aussi !

Par contre, Yoogi n’est pas fan du danger et me regarde de ses yeux ronds suppliants.

Nous nous mettons en route vers l’appartement pendant que je sens mon téléphone vibrer dans ma poche.

 

Une fois à l’appartement, j’attrape une serviette pour sécher Yoogi.

Il adore ça, il se frotte gaiement contre et rentre bien tout son corps en boule pour que je le recouvre complètement.

Rapidement le séchage se transforme en jeu, Yoogi tire sur la serviette et elle ne ressemble bientôt plus à rien…

 

52

 

Je rigole comme une imbécile et il aboie gaiement dans tout l’appartement.

-Ivy << Chuuuuuut ! On va se faire gronder par le papé de dessus… >>

Yoogi revient doucement vers moi, avec son air penaud.

Tout en lui disant de se calmer, je prends mon téléphone qui a vibré tout à l’heure. C’est Bren.

« Génial ! :-) Je suis avec mon pote là. Tu peux m’envoyer un selfie ? »

Je me regarde dans le miroir et je soupire.

Mes cheveux sont tout mouillés et ébouriffés après notre sortie avec Yoogi, mes joues sont rosies, et mon tee-shirt est un peu mouillé…

 

53

 

J’arrange comme je peux ma tignasse et je me prends en photo, sans trop y croire de toute façon.

Fébrile, je l’envoie accompagné d’un petit message : « Désolé, je viens de sortir mon chien ! »

Il va halluciner que je lui envoie une photo pareille !

Genre la fille qui se met vachement à son avantage…

Je glousse en jetant mon téléphone sur le sofa. Si son pote s’intéresse à ma candidature, je mange un rat !… Je blague !

 

54

 

Je fouille dans mon frigo pour voir si, entre les yaourts périmés et la salade flétrie, il reste quelque chose de comestible.

 

Lorsque je reviens sur le sofa, mon téléphone s’éclaire et bipe.

C’est le moment de vérité !

Empressée, je clique pour voir la réponse de Bren. Mon coeur s’accélère.

« Mon pote est partant ! Prête à tourner dans un clip ? ;-) »

Oh mon dieu, oh mon dieu !!

 

55

 

Je reste la bouche grande ouverte devant mon téléphone.

Je suis complètement galvanisée, c’est fou ce truc !

Rapidement je lui écris : « Carrément ! »

Mon téléphone bipe à nouveau.

« Je fais une soirée demain chez moi, viens, il sera là… »

Euh, ça s’accélère grave là !

Je vais éviter de m’emballer trop vite et me laisser la soirée pour réfléchir !

 

56

 

Je n’aime pas aller trop vite. Je réponds : « Ok je te dis ça demain »

Je n’en reviens toujours pas ! Je me mets à danser comme une idiote !

Yoogi ne comprend pas grand chose à ce qu’il m’arrive. Il doit se dire que je suis bonne pour l’asile ou que je vais lui donner un bout de mon repas, parce que ça fait toujours partie des possibilités !

Il se contente de me regarder en remuant la queue.

Je m’affale sur le sofa pour reprendre mon souffle et Yoogi saute à côté de moi pour me faire un câlin.

 

57

 

L’euphorie retombée je me demande quand même si je ne devrais pas m’y rendre avec Jay… Je serais rassurée qu’il soit là.

Il va falloir que je la joue fine car il risque de ne pas très bien prendre la nouvelle…

On verra ! Pour l’heure je savoure…

Il va falloir que je dise ça à Willa, elle va être à fond !